Les conséquences de la sécheresse précoce s'observent déjà dans l'Hexagone en ce mois de février.
Cinq départements ont en effet été placés en alerte et connaissent des restrictions d'eau.
Il s'agit de l'Isère, du Var, des Bouches-du-Rhône, des Pyrénées-Orientales et de l'Ain.

La sécheresse historique de l'été 2022 et, pire, l'hiver sec qui a suivi, a fait de l'eau, denrée longtemps abondante dans le climat tempéré de la France, un bien plus rare qu'il convient d'économiser et de partager. Cinq départements sont ainsi concernés par une restriction au-delà de la vigilance sur au moins une partie du territoire, contraignant tous les acteurs locaux à réduire de moitié leurs prélèvements. Il s'agit de l'Isère, du Var, des Bouches-du-Rhône, des Pyrénées-Orientales et de l'Ain. 

La Savoie est de son côté au niveau de vigilance.

DR

"87 communes du Var font l’objet de restriction sur les possibilités d’arrosage, c’est-à-dire le type de choses qu’on entend plutôt en plein été",   illustrait le ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, Christophe Béchu, le 22 février dans une interview à France Info. "Dès maintenant la question du remplissage des piscines, même si ça peut sembler totalement hors de propos vu le contexte dans lequel nous sommes, est susceptible de faire l’objet de restrictions sur un certain nombre de territoires pour qu’on évite de se retrouver dans des situations qui sont complexes", avait-il poursuivi. 

"Situation plus grave que l'an dernier"

"La situation est plus grave que l'an dernier à la même époque et on a deux mois de retard sur la recharge des nappes phréatiques", a indiqué le ministre ce week-end au Journal du dimanche à la veille d'une rencontre avec les préfets qui coordonnent les sept grands bassins du pays. Objectif : "planifier" les "problèmes de raréfaction d'eau" auxquels les territoires seront confrontés. Pour le ministre, les préfets ne devront pas avoir "la main qui tremble" au moment de prendre des arrêtés de restrictions. Dans les années à venir, "on aura entre 10 et 40% d'eau disponible en moins", a pointé le ministre, appelant à "la sobriété et l'innovation". 

Pour rappel, 2022 a été l'année la plus chaude jamais enregistrée en France, selon Météo-France. 


A. LG

Tout
TF1 Info