Au cœur des régions

VIDÉO - "Un bruit incessant" : les perruches, cauchemar des habitants d'Antibes

Léa Tintillier | Reportage TF1 Sonia Boujamaa, Christophe Napoli
Publié le 19 avril 2022 à 9h39
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Des centaines de perruches s’installent chaque soir sur les platanes du centre-ville d’Antibes, sur la Côte d'Azur.
Leurs cris stridents et leurs fientes dérangent le calme de la station balnéaire.

Tous les soirs, une cacophonie vient briser le silence habituel du centre-ville d'Antibes (Alpes-Maritimes). Des centaines de perruches prennent place sur les branches des platanes, devenus leurs dortoirs. Ces oiseaux exotiques au plumage vert pomme se confondent avec les feuilles des arbres. Pour les habitants, c’est un enfer sonore. Leurs cris stridents sont devenus insupportables. "C’est un bruit incessant. Maintenant, il y en a des centaines qui viennent d’Afrique du Sud. Elles ne sont pas à leur place", témoigne dans le reportage de TF1 en tête de cet article une habitante, qui ne peut plus ouvrir sa fenêtre le soir à cause des nuisances sonores. 

Cela fait déjà plusieurs décennies que ces perruches à collier venues d’ailleurs sont présentes sur la Côte d'Azur. Elles ont sans doute été apportées par des locaux et relâchées volontairement ou de manière accidentelle. Avec le temps, elles sont devenues citadines, trouvant leur nourriture en ville, et ont envahi le centre d'Antibes.

Des fientes partout sur la place et le mobilier urbain

Au petit matin, c’est le même concert. Toujours ces bruits perçants accompagnés par celui des machines de nettoyage. Car ces centaines d’oiseaux laissent derrière eux des fientes, notamment sur le mobilier urbain. "Tous les matins, on nettoie et en fait les riverains ne sont pas contents. Le matériel urbain, les plantes, tout est endommagé à cause des perruches", affirme Jean-Marc Bravo, agent de nettoyage. "On a l’impression de faire un travail perpétuel qui finalement rend la place propre, mais de suite après, elle est à nouveau sale", ajoute Jean-Baptiste Demaugé, responsable à la propreté urbaine d’Antibes. 

Lire aussi

Sur cette place, des marchés et des brocantes s’installent plusieurs fois par semaine. Les exposants doivent s’adapter. "On attend le départ des perruches pour s’installer", dit l’un d’eux. Pour éloigner les perruches, une campagne d’effarouchement est prévue, à l’aide de haut-parleurs, qui diffuseront des cris de rapaces pour tenter de les faire fuir et de les repousser vers des zones moins urbaines. 


Léa Tintillier | Reportage TF1 Sonia Boujamaa, Christophe Napoli

Tout
TF1 Info