Dans le Sud-Est, l’association du vent et de la sécheresse a provoqué plusieurs départs de feu.
La saison des incendies pourrait donc commencer beaucoup plus tôt que d’habitude.
Ce qui pose la question des moyens humains, mais aussi matériels.

Les largages se succèdent tout l’après-midi de ce dimanche. Deux Canadairs bombardent l'incendie sans relâche à coup de tonnes d’eau. Au sol, 120 pompiers se relaient pour éteindre les flammes qui ont brûlé plus de 30 hectares. Les feux d'hiver arrivent parfois dans les Alpes-Maritimes, mais d’habitude, pas avec cette intensité et cette vitesse de progression digne d’un feu d’été.

Un tel événement, si tôt dans l’année, fait craindre le pire aux pompiers pour les mois à venir. La raison, c’est la sécheresse : il n’y a pas eu de pluie importante depuis 30 jours. Un couple, vivant dans le village voisin, n’avait jamais vu de telles conditions climatiques en une cinquantaine d'années.

Un climat plus chaud, plus sec en France, risque de multiplier le nombre d’incendies. Les pompiers de Saône-et-Loire, un département où les feux étaient rares, s’y préparent déjà. Ils ont commandé quatre camions supplémentaires. En 2010, dans le département, les pompiers recensaient une centaine de feux de végétation. En 2020, il y en a eu 850.


La rédaction de TF1info | Reportage Florian Litzler, Vincent Capus, Charlotte Gerbelot

Tout
TF1 Info