VIDÉO - Attaques d'orques dans le Détroit de Gibraltar : vengeance en haute mer ?

par La rédaction de TF1info TF1 | Reportage Ig nacioBornacin
Publié le 30 juillet 2023 à 12h17

Source : JT 20h WE

Depuis trois ans, les attaques d'orques contre des voiliers se multiplient au large des côtes de l'Espagne.
Un comportement que les scientifiques et les autorités ont du mal à expliquer.
Ils enquêtent notamment sur le rôle mystérieux de Gladis, matriarche d'un clan de cette espèce réputée pour son intelligence.

Elles opèrent seules ou à plusieurs et visent les plaisanciers au large du Détroit de Gibraltar. Depuis trois ans, celles que l'on surnomme le "gang des orques", sont devenus la terreur des navigateurs qui mouillent au large de l'Espagne. Les animaux multiplient les attaques contre les voiliers, suscitant les interrogations des scientifiques et des autorités, notamment sur le rôle mystérieux de Gladis, matriarche d'un clan de cette espèce réputée pour son intelligence.

Ces "interactions", terme employé par les spécialistes et les autorités pour décrire ces attaques, ont débuté en 2020 au large des côtes atlantiques de la péninsule ibérique, particulièrement entre Cadix et Tanger (Maroc). Cela s'explique par la présence accrue dans cette zone à proximité du détroit de Gibraltar de l'une des proies favorites des orques : le thon rouge, qui vient au printemps de l'Atlantique pour pondre en Méditerranée. Selon l'organisation de sauvetage en mer espagnole Salvamento Marítimo, 28 "interactions" ont déjà eu lieu en 2023. Entre 2020 et 2022, leur nombre a atteint près de 500, selon le Groupe de Travail sur l'Orque de l'Atlantique (GTOA).

Des animaux très intelligents qui vivent en famille

"On en sait très peu sur les causes de ces interactions", affirme José Luis García Varas, responsable du programme Océans du Fonds mondial pour la nature (WWF) en Espagne. Les légendes ne manquant pas dans la région, une orque est rapidement devenue l'emblème du phénomène : Gladis Lamari, matriarche d'un clan, à laquelle on attribue de nombreuses attaques, aurait appris à ses petits à s'en prendre aux voiliers. Sur son site, le GTOA affiche l'arbre généalogique d'un groupe d'une quinzaine d'orques apparentés nommés "les Gladis", qui ont attaqué des voiliers et dont elle est considérée comme la matriarche. 

"Il faut savoir que les orques sont des animaux qui vivent en famille, en groupe. Ils sont très intelligents et ont la capacité de communiquer oralement leur connaissance", explique José Luis Garcia Varas. María Dolores Iglesias, présidente d'une organisation locale de protection de l'environnement, pense, elle, que la matriarche est morte, mais que les membres du clan continuent à attaquer les voiliers en raison d'un ressentiment qu'elle leur aurait transmis. "Il y a une petite-fille de Gladis" qui attaque les bateaux avec "fureur", affirme-t-elle

Docteur en sciences marines et président de l'organisation Circe (Conservation, Information et Étude des Cétacés), Renaud de Stephanis estime, pour sa part, qu'il existe "plusieurs hypothèses" pouvant expliquer ces attaques. L'une y voit de simples "jeux", alors qu'une autre explique ce comportement par "l'animosité". À l'heure actuelle, "nous n'avons pas d'explication définitive", ajoute le spécialiste, qui parcourt les eaux espagnoles afin de repérer et suivre les orques grâce à un marquage satellite, dans le cadre d'un programme du ministère espagnol de la Transition écologique destiné à "limiter les interactions avec les embarcations" dans la zone.


La rédaction de TF1info TF1 | Reportage Ig nacioBornacin

Tout
TF1 Info