Les conséquences du réchauffement climatique ne se limitent pas à l'agriculture et aux réserves en eau.
L'assèchement des sols provoque aussi des dégâts très importants sur les bâtiments, notamment parmi les 45.000 monuments historiques.

À chacun de ses passages, Jean-Michelle Valette, maire de Bouillac (Aveyron), fait le même constat. La fissure apparue, en 2022, sur la façade de l'église, ne cesse de s'agrandir. À l'intérieur, les dégâts sont encore plus impressionnants. L'église s'ouvre de toutes parts.

Sans les deux échafaudages, l'église se serait déjà écroulée. Deux énormes cintres en bois soutiennent les voûtes et c'est justement en s'approchant de ces voûtes qu'il est possible de mieux comprendre ce qui se passe. Les épisodes de sécheresse, de plus en plus fréquents et de plus en plus longs, ont fragilisé l'église. Le terrain argileux se gonfle et s'assèche, comme une éponge.

À Saramon (Gers), c'est la tour Saint-Victor qui est particulièrement vulnérable, accolée à l'église qui s'est effondrée en mars 2023. Et déjà à l'époque, on s'interrogeait : est-ce dû à la sécheresse, comme il n'a pas plu cet hiver ? Car le dérèglement climatique, avec les tempêtes, orages violents et canicules, est à l'origine de nombreux dégâts dans tout type de bâtiments. 

Plus de détails dans la vidéo en tête de cet article.


La rédaction de TF1info | Reportage Pascal Michel, Jean-Marc Lucas

Tout
TF1 Info