Le 20h

Décharges : nos poubelles produisent de l’énergie

Léa Tintillier | Reportage Charles Diwo, Quentin Danjou
Publié le 13 mai 2022 à 23h50

Source : TF1 Info

Face à la guerre en Ukraine, la France cherche à tout prix des solutions pour se passer du gaz russe.
Saviez-vous que les déchets enfouis produisaient des gaz, tels que le méthane, l’oxygène ou encore l’azote ?
Ils peuvent ensuite être transformés en bio méthane pour alimenter des milliers de foyers.

Dans le plus grand centre de recyclage de France, Veolia, les déchets sont considérés comme de la matière première. "L’objectif ici est d’extraire toutes les matières valorisables possibles, donc on a plusieurs alvéoles. On a des alvéoles de carton, de bois, de déchets verts…", explique Aymeric Pontillon, chargé d’exploitation à Veolia, dans le reportage du 20H de TF1 en tête de cet article. 

Et tout cela sera recyclé. Mais dans les camions qui déchargent, il y a parfois des mauvaises surprises. "Typiquement en face de nous, on a un matelas qui a été trempé, qui est sale, des cartons qui ne sont pas propres et qui ne peuvent pas entrer dans les filières de recyclage", montre Aymeric Pontillon. 

C’est ce que l’on appelle un déchet ultime. Il n’y aura pas d’autre choix que de l’enfouir, stocké dans un immense casier, un trou de quelque 100.000 mètres carrés de superficie. Un casier est en cours de construction. Il sera rempli de déchets d'ici à six mois. "Dans un casier, on va pouvoir stocker 1,5 million de tonnes sur deux ans", affirme Monique Kallassy, coordinatrice de stockage à Veolia. 

30.000 foyers alimentés en gaz avec une seule machine grâce à nos déchets

De quoi faire froid dans le dos. Mais ce n’est qu’une question de point de vue. Car ces déchets peuvent en réalité avoir une utilité. "On va créer des réseaux de tuyaux qui vont venir récupérer tout le gaz qui est produit par la dégradation de la matière organique qui reste dans ces déchets", poursuit Monique Kallassy. 

Et oui, nous poubelles produisent de l’énergie, et ce, pendant près de 20 ans. Les déchets produisent en effet du méthane, du CO2, de l’oxygène ou encore de l’azote. Tous ces gaz vont être aspirés via les tuyaux vers des usines pour produire de la chaleur, de l’électricité, mais aussi à fournir du biogaz aux habitants grâce à une sorte d’usine miniature dont le rôle est assez simple, explique Mathieu Lefebvre, PDG de Waga Energy. "Notre métier consiste à enlever toutes les impuretés et de ne garder que le méthane qui va pouvoir être injecté dans les réseaux de gaz naturel"

Pour cela, la première étape est la filtration, avant que le mélange ne passe dans une citerne, à l’intérieur de laquelle un procédé confidentiel permet d’isoler le méthane pur. "On évite des émissions de méthane qu’on capte, qui aujourd’hui est une pollution, et on va les transformer en ressources, en bio méthane qui est le substitut renouvelable du gaz naturel", reprend Mathieu Lefebvre. Une seule machine permet de produire la consommation en gaz de 30.000 foyers. Nos poubelles sont donc une source d’énergie non négligeable et surtout moitié moins chère que le gaz que nous importons de Russie. 


Léa Tintillier | Reportage Charles Diwo, Quentin Danjou