Un projet d’éoliennes au large de Dunkerque fâche nos voisins belges, qui ont déposé une plainte auprès de la Commission européenne.
Le 20H de TF1 vous explique.

Un parc de 46 éoliennes en mer est prévu pour 2028 au large de Dunkerque. Chacune fera 300 mètres de hauteur, soit une taille presque aussi grande que la tour Eiffel. Elles seront construites à onze kilomètres des côtes françaises, à la frontière avec la Belgique. 

Philippe, que le 20H de TF1 rencontre dans la vidéo en tête de cet article, va à La Panne tous les week-ends. Il craint que ce projet d’éoliennes gâche la vue. "Le coucher de soleil, qui est magnifique à la mer, se trouve exactement là où se trouveront les éoliennes donc pour les photos et pour la vue, ce serait quand même dommage", affirme-t-il. 

Le gouvernement belge a déposé une plainte auprès de la Commission européenne. Une démarche soutenue par tous les maires du littoral belge, comme celui de La Panne, qui conteste le projet français. "Il faut enquêter pour les mettre plus loin. On trouve quand même que la Belgique n’a pas été entendue dans ce processus", explique Bram Degrieck, maire de La Panne. 

Des Français qui partagent l’avis des Belges

La Commission, qui a mené une médiation entre les parties, a confirmé avoir reçu la plainte belge. Elle doit rendre un avis motivé d'ici à trois mois après avoir entendu les arguments des deux États membres, avant que la Belgique ne puisse saisir éventuellement la Cour européenne de justice. En juillet dernier, l’État belge, la région de Flandre et la commune de La Panne ont chacun déposé une requête devant le tribunal administratif de Lille (Nord) pour obtenir l’annulation du projet. 

De l’autre côté de la frontière, les Français ont découvert cette plainte il y a deux semaines. À Bray-Dunes (Nord), à sept kilomètres de la station balnéaire belge, les habitants partagent l’avis de leurs voisins. "Je trouve que c’est tout à fait normal parce que ça va défigurer le paysage", témoigne un habitant. "Je comprends, c’est la dernière côte qui reste avec une belle vue chez eux", ajoute un autre. 

Quant au gouvernement français, il ne comprend pas la position des autorités belges. "La France a fait des propositions concrètes et constructives. (…) Mais le gouvernement belge les a toutes refusées jusqu’à présent", a indiqué le ministère de la Transition écologique. La Belgique accuse les autorités françaises d’avoir défini cette zone de construction en 2016 sans aucune concertation, alors qu’elle est localisée à la frontière. Le dialogue entre les deux pays reste ouvert pour trouver un compromis dans ce projet d’éoliennes. 


Léa Tintillier | Reportage TF1 Vincent Lamhaut, Gautier Delobette

Tout
TF1 Info