Le 13H

Écologie : des puces électroniques sur les poubelles pour inciter à trier les déchets

par La rédaction de TF1info | Reportage Kévin Gaignoux
Publié le 25 janvier 2023 à 16h42
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Du côté de nos poubelles, tout est en train de changer pour que d'ici à 2030, les déchets ménagers baissent de 15%.
Dans ce dessein, de plus en plus de municipalités instaurent des puces électroniques pour calculer le juste prix de la taxe sur les ordures ménagères.

D'ici à 2030, une réduction de 15% des déchets ménagers par habitant devra être opérée pour respecter les objectifs de la loi. Dans la métropole rennaise en ce moment, on commence déjà à s'y mettre : changement de poubelle pour tout le monde ! Les bacs à ordures ménagères passent du vert au noir et cachent surtout un petit détail en plus. Ces derniers sont désormais assortis d'une puce, un bout de plastique que certains habitants n'avaient même pas remarqué.

Le but de cette opération ? Collecter des données sur vos déchets. Le camion à ordures lève la poubelle, la bascule pour en vider le contenu dans sa benne et la repose au sol. Au passage, la puce, avec les coordonnées du foyer concerné, est lue deux fois - à la montée quand la poubelle est pleine, et à la descente, quand elle est vidée - ce qui permet à un ordinateur embarqué de calculer le poids des déchets ainsi collectés. Aucune information n'est stockée dans la puce, l'analyse est faite directement depuis le camion. 

La question de la tarification, en ligne de mire

Ce système, dit de "pesée embarquée" incite les ménages à trier leurs déchets et à les recycler et à diminuer le volume des déchets "résiduels", ceux qui finissent dans la benne à ordures. D'ici à deux ans, quand toutes les poubelles seront pucées, la métropole compte donc sensibiliser les habitants de Rennes. 

Mais impossible à court terme que ces données soient utilisées pour gonfler la facture de ceux qui jettent le plus. "C'est déjà très ambitieux à l'échelle d'une métropole", constate dans le reportage en tête d'article Laurent Hamon, vice-président de Rennes Métropole en charge des déchets et l'économie circulaire. "La tarification incitative, nous y réfléchissons, mais telle qu'elle est faite aujourd'hui en France, elle est surtout faite pour les zones rurales", poursuit-il. 

Lire aussi

À 50 kilomètres au Sud de Rennes (Ille-et-Vilaine), plusieurs communes ont opté pour la tarification incitative. À Bruc-sur-Aff, les bacs à ordures ne doivent être levés qu'une fois par mois. Dès la 13e levée, l'usager doit payer entre 3 et 5 euros supplémentaires. Une mesure qui en dix ans a divisé par deux la quantité de déchets jetés : "Nous étions à peu près à 200 kilos par habitant, là, nous en sommes à 82 kilos. Ce qui est quand même un très bon résultat", constate dans le sujet Christine Gardan, à la tête du Smictom des Pays de Vilaine. En moyenne, en France, un habitant produit 354 kilos d'ordures par an. 


La rédaction de TF1info | Reportage Kévin Gaignoux

Tout
TF1 Info