VIDÉO - Environnement : les vertus du miscanthus, la plante à (presque) tout faire

par La rédaction de TF1info | Reportage : Léa Merlier, Quentin Danjou
Publié le 26 mars 2023 à 15h32

Source : JT 20h WE

Le miscanthus est une longue tige peu sèche, qui ressemble à un roseau.
De loin, on pourrait la prendre pour une espèce sans intérêt, voire légèrement invasive.
Elle est au contraire pleine de vertus, et trouve des usages multiples.

Elle a l'apparence d'un roseau, dont la tige dorée culmine à 4 mètres de haut. La commune de Berrwiller (Haut-Rhin) est littéralement encerclée par des dizaines de plantations de miscanthus. Le maire connaît bien cette graminée : il s'en sert comme combustible pour chauffer le village toute l'année. Plantée à l'origine pour purifier un sol trop riche en nitrates, cette plante ne nécessite ni désherbage, ni engrais. Grâce à ses feuilles qui tapissent le sol, le miscanthus ne craint pas non plus la déshydratation. Ses graines assurent sa reproduction : personne n'est intervenu depuis la première plantation il y a une trentaine d'années.

Un village chauffé au miscanthus

La commune de Berrwiller chauffe tous ses bâtiments publics, et plus de 80 habitations, grâce au miscanthus. Face à la hausse du prix du gaz et du fioul, le maire a de quoi se réjouir. Bon marché, et produite localement, la plante est un gage de stabilité budgétaire. Si les agriculteurs de Berrwiller font partie des pionniers, 2.300 exploitants cultivent du miscanthus en France, sur près de 10.000 hectares, une surface qui a doublé en cinq ans.

Car on découvre dans cette plante de plus en plus de qualités à cette plante miracle. Le miscanthus s'avère notamment être un excellent isolant, et remplace la fibre de bois dans certains matériaux. Dans les mois à venir, 130 logements sociaux seront construits avec des murs fabriqués à partir de cette herbacée. 

Plus surprenant encore, le miscanthus pourrait être le plastique du futur. Xavier Venard et une quarantaine d'agriculteurs y travaillent. Après dix ans de recherche, ils tiennent enfin la bonne recette pour transformer la fibre de la plante. Le résultat : de petites billes qui pourraient remplacer le plastique, dérivé du pétrole. Le brevet est français, et c'est une première mondiale. La suite du reportage dans la vidéo en tête de cet article.


La rédaction de TF1info | Reportage : Léa Merlier, Quentin Danjou

Tout
TF1 Info