Au cœur des régions

VIDÉO - Éoliennes de Guern : le préfet du Morbihan ordonne le démantèlement du parc éolien illégal

M.G | Reportage TF1 L. Kebdani, F. Le Goïc
Publié le 11 janvier 2022 à 20h12
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

CONTROVERSE- Le préfet du Morbihan a récemment ordonné le démantèlement des trois éoliennes du parc de Guern, déclarées illégales par la justice, mais toujours en activité.

Installées en 2008, les trois éoliennes du parc de Guern pourraient être prochainement démantelées. En effet, après plus de dix ans de bataille juridique, le préfet du Morbihan a signé un arrêté   demandant la cessation d'activité immédiate et la suppression des installations. "À la suite de la décision récente du Conseil d'État rejetant le recours en référé, le préfet a décidé, le 6 janvier 2022, de signer un arrêté de suppression du parc (équivalent au démantèlement, ndlr)", a indiqué la préfecture par courriel ce lundi.

Cette décision a été prise pour des raisons légales, déjà pointées en 2009 par le tribunal administratif de Nantes : l'emplacement de ces éoliennes n'est pas réglementaires, car elles sont situées à moins de 500 mètres de certaines habitations. Le permis de construire avait alors été annulé par l'instance, ce qu'avait dans la foulée contesté l'exploitant devant les juridictions d'appel. L'impact négatif sur le milieu naturel avait aussi été pointé du doigt. 

Des désagréments sonores et visuels

Pour Jean Le Puil, c'est la fin d'un long cauchemar qui se profile. "Quand on arrive chez moi dans la cour, qu'est-ce qu'on voit ? Trois éoliennes. Quand elles sont en pleine production, ça fait un ronflement. Le bruit est flagrant", témoigne ce riverain dont la maison est située à une centaine de mètres des infrastructures de production d'électricité. "On en pense que du bien [de cette décision, ndlr]. Ça nous soulage", confirme Jean-Jacques Pechard, président de l'association contre le projet éolien de Guern. "Mais il y a encore, peut-être, une ou deux petites particularités, puisque ce n'est pas nous qui allons les démonter", tempère-t-il. 

Lire aussi

D'ailleurs, la société exploitante, qui a multiplié les recours au cours de la dernière décennie, ne lâche pas l'affaire. "Les règles légales de distance prévue n'existait pas à l'époque, en 2008", affirme-t-elle. "Celles-ci ne s'appliquent à des parcs éoliens régulièrement mis en service sous les dispositions d'anciens régimes législatifs", ajoute la firme. Une position qui n'est pas du goût du préfet du département breton. "Ils auraient pu lancer des démarches d'acquisition des habitations à proximité. Cela n'a pas été fait. Manifestement l'exploitant est toujours dans du contentieux, c'est une manœuvre pour gagner du temps. Je souhaite que cela cesse", martèle Joël Mathurin au micro de TF1. 

Prochaine étape : demander aux autorités compétentes de ne plus acheter l'électricité produite par ces trois éoliennes.


M.G | Reportage TF1 L. Kebdani, F. Le Goïc

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info