Le 20h

Fruits et légumes : 3 questions sur l'interdiction des emballages plastiques qui entre en vigueur samedi

AL | Reportage vidéo T. Jarrion - W. Rouzé - P. Fontalba
Publié le 31 décembre 2021 à 16h31
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

LOI ANTI-GASPILLAGE - À partir de ce samedi 1er janvier, les fruits et légumes sous plastique vont disparaître des rayons. Les industriels ont été contraints de s'adapter à cette nouvelle mesure, adoptée il n'y a que quelques mois.

L'année 2022 doit signer la fin de la plupart des emballages plastiques pour une trentaine de fruits et légumes des étales des supermarchés. Si le décret, publié le 8 octobre dernier, prévoit un délai de six mois pour écouler les stocks, les industriels doivent commencer à adapter leurs pratiques dès le 1er janvier. Une lourde tâche sur laquelle nous revenons en trois questions.

Comment le plastique va-t-il être remplacé ?

Pour respecter ce décret prévu par la loi anti-gaspillage, qui prend donc effet à partir du 1er janvier, des alternatives ont déjà été testées par certains hypermarchés, comme le montre le reportage du 20H de TF1 en tête de cet article. Les produits sont désormais en vrac ou dans des barquettes en carton. Pour les agrumes, finis les filets, de l'emballage d'origine végétale et biodégradable peuvent les remplacer.

Et d'autres solutions devraient être développées à l'avenir. En effet, si quelques exceptions à cette nouvelle règle existent, le plastique est loin d'avoir la cote auprès des consommateurs, incitant les marques à prendre les devants. "C'est une attente très forte de nos clients", souligne ainsi Agathe Grossmith, directrice des projets RSE au sein de Carrefour.

Ce changement va-t-il augmenter le prix des produits ?

Pour le moment, les grandes surfaces assurent que cette nouvelle mesure ne devrait pas changer le prix des produits pour les consommateurs à la caisse. Pour autant, s'en passer a un coût. Dans son usine de Maine-et-Loire qui conditionne les pommes, James Launay, président de l'entreprise Pomanjou International, assure avoir dû investir plus de 100.000 euros pour changer sa ligne de production et passer au carton. 

Or, si l'emballage en cette matière est en moyenne déjà 10% plus cher à produire, les prix ne cessent d'augmenter à cause de la crise sanitaire. "Depuis presque 18 mois, le carton flambe, la matière première flambe. Et on a pris une hausse de 60% sur le carton", estime l'industriel. Ce sont donc les marges des producteurs qui vont être en premier lieu impactées par ce changement, d'où un fort mécontentement du secteur. D'autant plus que les emballages en plastique recyclé ne sont pas non plus autorisés en France, alors même que l'Europe les autorise. 

Existe-t-il des exceptions à ce décret ?

Cette obligation de se passer de plastique ne concerne pas non plus les lots de fruits et de légumes de plus d'1,5 kg. Par ailleurs, seule une trentaine de fruits et de légumes sont concernés par cette interdiction d'emballage en plastique. 

Certains industriels avaient effectivement souligné que certains fruits et légumes ne pouvaient pas se passer d'un tel contenant. Après de longues négociations, quelques exceptions ont été concédées. C'est le cas des carottes et les champignons, pour lesquels le plastique reste autorisé jusqu'en 2023. Les fruits rouges, jugés trop fragiles, pourront encore être emballés dans du plastique jusqu'en 2026.

Lire aussi

"Aujourd'hui, nous avons le délai. Mais nous n'avons pas encore la solution qui permettra au bout de ce délai d'assurer qu'on pourra continuer d'acheminer ces fruits qui sont très délicats", avertit dans le reportage de TF1 Daniel Sauvaitre, secrétaire général de l'association Interfel (interprofession des fruits et des légumes frais).


AL | Reportage vidéo T. Jarrion - W. Rouzé - P. Fontalba

Tout
TF1 Info