Le WE

Massif des Landes : trois questions sur l'entretien de cette gigantesque forêt touchée par un violent incendie

Léa Prati | Reportage C. Diwo - A. Barth - M. Brossard
Publié le 16 juillet 2022 à 17h54
JT Perso

Source : JT 20h WE

La forêt des Landes est la plus grande de France avec près de 700.000 hectares de massifs.
Elle est actuellement ravagée par un incendie qui a déjà brulé plus de 3150 hectares de surface boisée.
Plusieurs élus et pompiers ont dénoncé des manquements quant à son entretien.

La forêt des Landes est la plus grande de France. Au niveau de l'Europe Occidentale, c'est aussi la plus grande forêt artificielle avec ces dizaines de milliers de pins maritimes qui représentent 87% de la surface boisée. Mais la question de sa préservation taraude les pompiers et les habitants. Sur 700.000 hectares de massifs, combien en restera-t-il après l'incendie de La Teste-de-Buch qui a déjà ravagé 3 150 hectares ? 

Ce samedi 16 juillet, le feu n'était toujours pas fixé, selon la préfecture de Nouvelle-Aquitaine. "Le feu sera fixé s’il ne sort pas de sa zone. Ce qui n’est pas le cas actuellement où nous avons des sautes de feu qui passent les lignes de défense", a précisé le lieutenant-colonel Olivier Chavatte.

À qui appartient la forêt ?

La forêt landaise appartient, en grande majorité, à des particuliers, ce qui lui donne des airs de puzzle géant. 92% de la forêt landaise est privée, mais dont 75% de la superficie appartient à moins de 20% des propriétaires : 20.900 d’entre eux possèdent une propriété de plus d’un hectare soit un total de 609.400 ha. Ces propriétaires en ont la gestion. Ils doivent aussi la protéger.

Le reste de la forêt représentant environ 65.000 hectares est géré par l'Office National des Forêts. Cette superficie se sépare en trois parties : 25.000 ha en forêt domaniale (essentiellement sur le cordon dunaire du littoral), 10.000 ha sur des terrains militaires et 30.000 ha en forêt des collectivités (communes et département) relevant du régime forestier.

Derrière l’importance de ce chiffre global, se cachent des distinctions statutaires importantes entre la région forestière des dunes du littoral, majoritairement publique, et le plateau landais, essentiellement privé.

La forêt est-elle suffisamment entretenue ?

Pompiers, maires, associations… Ils sont nombreux à dénoncer de graves manquements, notamment concernant le débroussaillage. Francis Maugard, responsable des risques naturels à l'ONF Landes Nord Aquitaine, dénonce un nombre trop important de plantes, de graminées, d'herbacés, et notamment de fougères peu ou pas entretenues qui sont extrêmement inflammables. 

À beaucoup d'endroits, les six mètres réglementaires entre deux massifs ne sont pas respectés. Cela ralentit le travail des pompiers qui ne peuvent pas accéder à certaines zones très proches du feu.

Qui est responsable ?

En France, la règle est simple. Il revient à chaque propriétaire d’entretenir sa parcelle de forêt. Il se doit de prévenir les risques de départ de feu et préserver la richesse environnementale en débroussaillant en bordure de zones habitées. 

Mais, il existe une exception à cette règle. Elle concerne justement la forêt usagère de La Teste-de-Buch qui a déjà vu partir en fumée un tiers de sa surface. Son statut particulier complique chaque opération d’entretien. En effet, vieille de deux mille ans et s’étendant jusqu’à la Dune du Pilat, ce trésor de pinèdes est régi par des textes datant... du Moyen-Âge.

Lire aussi

Pour prendre une quelconque décision, il faut l’accord des 500 propriétaires. "On demande des travaux d'aménagement et de prévention des incendies, mais c'est lorsqu'il y a eu la catastrophe qu'on se rend compte qu'il fallait le faire", s'insurge Bruno Lafin, président du DFCI 33, une association de prévention contre les incendies en Aquitaine. De son côté, Patrick Davet partage l'avis de Bruno Lafin. Le maire de la ville a notamment pointé du doigt les responsabilités : "Il y a aujourd'hui une forêt qui n'est pas suffisamment entretenue, il faut impérativement qu'elle soit entretenue différemment. Son état a considérablement retardé les pompiers et cela a permis au feu de se répandre". 

Face aux risques d’incendie, la préfecture avait notamment ordonné des travaux d’aménagement en urgence. Ils auraient dû commencer dans les prochaines semaines.


Léa Prati | Reportage C. Diwo - A. Barth - M. Brossard

Tout
TF1 Info