Le WE

Info / Infox : y a-t-il plus d'incendies qu'il y a 20 ans ?

Publié le 21 août 2021 à 20h05, mis à jour le 21 août 2021 à 21h36
JT Perso

Source : JT 20h WE

Des incendies en France, en Grèce, en Turquie, en Algérie, en Californie... Depuis le début de l'été, les feux ravagent de nombreux endroits de la planète nous donnant l'impression que la terre brûle. Y a-t-il alors plus d'incendies qu'il y a 20 ans ?

Eh bien non, estime notre journaliste Samira El Gadir. Elle a illustré sa réponse à partir d'une image de la NASA. Grâce au satellite, cette carte enregistre les incendies quotidiens dans le monde le 12 août 2002, il y a presque 20 ans. On y voit des petits points rouges partout sur la planète. Aujourd'hui, les feux sont toujours présents, mais les surfaces brûlées ont diminué de plus de 24 % d'après les chercheurs. Alors comment ça s'explique ?

Pour comprendre, Samira El Gadir nous invite à aller voir ce qui se passe dans l'hémisphère sud notamment en Afrique tropicale. Avec les déforestations massives, le développement agricole, moins d'arbres, ça fait forcément moins de carburant pour les feux forêts à l'échelle mondiale. Mais si on met du côté ces zones tropicales, d'après Renaud Barbero, spécialiste des incendies à l'Inrae, alors "les tendances sont clairement à la hausse dans certaines régions comme la Californie, le Canada ou l'Australie. L'exemple le plus symbolique, c'est la Sibérie. Cette année, 16 millions d'hectares de forêts y ont déjà brûlé, c'est deux fois plus qu'il y a 20 ans.

Et si on s'intéresse uniquement la France, comment ça évolue ? Pour notre journaliste, ça baisse aussi sur le long terme. Il y a 20 ans, près de 17 000 hectares de forêts brûlaient chaque année autour de la Méditerranée, c'est la région la plus touchée. On est aujourd'hui à 7 087 hectares d'après les registres. Alors ça s'explique par une meilleure stratégie face au feu de forêt. Avant, on laissait brûler s'il n'y avait pas de danger immédiat. Aujourd'hui, on intervient dès le départ comme l'explique le maire de Gonfaron dans le Var, Thierry Bongiorno. "Le feu a été déclaré à 17h45 dans la foulée à 17h 46/47, j'étais au courant. Et de suite, il y avait des moyens aériens", dit-il. Ça n'a pas empêché d'avoir 7 000 hectares de brûlés, parce que même si les feux sont moins nombreux, ils deviennent plus puissants, plus rapides avec le réchauffement climatique. La question est de savoir si on va encore pouvoir les maîtriser à l'avenir, conclut notre journaliste.


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info