Le coq gaulois, ce roi de la basse-cour qui a bien failli disparaitre

par La rédaction de TF1info | Reportage : Matthieu Dupont
Publié le 21 avril 2024 à 12h23

Source : JT 20h WE

Faute de productivité suffisante, la race du roi de la basse-cour a bien failli disparaître.
Un groupe de passionnés a décidé de la sauver en créant un sanctuaire, à une trentaine de kilomètres de la ville de Troyes.

Soudain, il apparaît. Fier, flamboyant, le torse bombé, il vous défie du regard. À Méry-sur-Seine, au nord de Troyes, notre coq gaulois a retrouvé toute sa place, avec élégance, au milieu des poules. Et pourtant, il y a six ans sur notre territoire, ils restaient moins d'une centaine de coqs de cette race rustique, la plus ancienne de France, la Gauloise dorée. Heureusement, Damien Vidart, responsable du conservatoire du coq gaulois, les a sauvés et il sait leur parler.

La race Gauloise blonde a été délaissée par la filière agricole après la guerre. Elle n'est pas assez bonne pondeuse, trop rebelle, difficile à élever en batterie et pourtant le coq gaulois reste notre emblème depuis l'Antiquité. Pas seulement parce qu'en latin "gallus" signifie gaulois et coq, mais aussi peut-être parce qu'il nous ressemble.

Aujourd'hui, l'animal orne nos maillots, la flèche de Notre-Dame ou la grille de l'Élysée. Alors pas question pour Damien de voir disparaître cette Gauloise dorée. Il y a cinq ans, il crée le conservatoire du coq gaulois et son centre de reproduction dans une ancienne écurie. 

Plus de détails dans la vidéo en tête de cet article.


La rédaction de TF1info | Reportage : Matthieu Dupont

Tout
TF1 Info