VIDÉO - Une prolifération inédite de lapins inquiète plusieurs communes autour de Montpellier

par T.A. | Reportage TF1 : Alice Bacot, Lucas Garcia et Margaux Hebert
Publié le 27 janvier 2024 à 9h36

Source : JT 13h Semaine

Autour de Montpellier, plusieurs communes font face à une prolifération problématique de lapins.
Les animaux s'attaquent aux plantations des agriculteurs, démunis face à la situation.
Une équipe du 13H de TF1 s'est rendue sur place.

Dans les communes entourant Montpellier, les lapins sont partout. "Il y a des endroits précis où je sais que je vais les voir quand je passe, il y en a des quantités énormes", raconte une passante rencontrée par notre équipe de journalistes. "Il faut rouler tout doucement, sinon on les écrase", explique pour sa part une habitante à vélo. Cette prolifération est devenue un véritable fléau pour les agriculteurs. 

Des lapins qui abîment les cultures

Ainsi, chaque nuit, une cinquantaine de lapins viennent se nourrir dans le champ d'Alain Pourthié, producteur d'olives à Candillargues (Hérault), rongeant les arbres de son verger. Pour limiter les dégâts, il a installé des protections autour des arbres. "À force, ils risquent de tuer les arbres, regrette-t-il. C'est arrivé sur les pommiers aussi, il y a un ras-le-bol." Pour limiter les dégâts, Alain a installé des protections autour de ses arbres.

Son voisin, lui, vient d'investir dans une solution plus radicale. Il a posé un grillage, à petites mailles, enterré, pour éviter que les lapins creusent. "Ça fait plusieurs années qu'il essaie de faire du fourrage, mais il n'y arrive pas, car les graines des plantes sont mangées par les lapins quand elles sortent de terre", précise Alain Pourthié dans le reportage de TF1 visible en tête de cet article. Dans la région, douze communes sont aujourd'hui touchées.

3000 lapins il y a une dizaine d'années, contre 12.000 aujourd'hui

Alors, comment réguler la population ? Plusieurs opérations de chasse sont organisées. 12.000 lapins ont été prélevés dans la zone l'an dernier. "Il y a 10 ou 12 ans, il y avait peut-être 3000 lapins, note Bernard Ganibenc, président de la société de chasse de Mauguio (Hérault). Mais c'était gérable, contrairement à aujourd'hui." La chasse ne suffit plus à les contenir, car les lapins ont trouvé dans le secteur l'habitat idéal : cinq kilomètres de voies ferrées, inaccessibles pour les chasseurs, creusés de milliers terriers. 

Selon le gestionnaire de la ligne ferroviaire, ils ne représentent pas de danger. Mais seule cette société est habilitée à intervenir pour faire partir les animaux. "On a mis en place des répulsifs à ultrasons, assure Gilles Rackoczy, directeur de la société OC VIA, en charge de ce trajet. On procède aujourd'hui à des opérations de furetage pour prélever les lapins qui sont présents et les réintroduire dans d'autres milieux."

À la demande des agriculteurs, sept renardeaux ont également été relâchés dans le secteur. Un prédateur naturel pour tenter de stopper la prolifération des lapins de garenne.


T.A. | Reportage TF1 : Alice Bacot, Lucas Garcia et Margaux Hebert

Tout
TF1 Info