Morbihan : la justice donne raison à des riverains opposés à l'installation d'éoliennes

par La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : M. Giraud, N. Resmann
Publié le 16 février 2022 à 18h00

Source : JT 13h Semaine

Si les éoliennes sont présentées comme une source d'énergie décarbonée, leur implantation n'est pas toujours au goût des riverains.
Dans le Morbihan, un litige oppose des habitants d'un village à une entreprise développant des projets éoliens.
La justice a reconnu mardi la gêne occasionnée, une décision qui pourrait créer un précédent.

La cohabitation a tout de suite était difficile entre Brigitte Chobé, habitante de Noyal-Muzillac et les trois éoliennes de 180 mètres de haut installées à un demi kilomètre de chez elle. "Il y a déjà le visuel qu'on a depuis le mois de juin. Et c’est un bruit, comment vous expliquez, un avion de ligne qui tournerait autour de notre zone. C'est très pénible", a-t-elle affirmé alors que le dispositif tourne à l'essai depuis à peine un mois.

Un impact visuel fort

Pourtant, elle et d'autres riverains n'ont pas attendu leur installation pour s'opposer à leur venue. Dès le premier jour du projet, une association, "Vent de discorde", a été créée pour faire annuler le chantier. Un premier recours en justice n'a pas abouti, permettant au promoteur de poursuivre, puis de terminer la mise en place des éoliennes. Une provocation, pour l'association. 

"Dans tous leurs documents, ils avaient marqué qu'ils ne commenceraient le chantier et les études géotechniques que lorsque le dossier sera purgé de tout recours", a révélé ainsi Raymonde Le Bars, également habitante de cette commune d'un peu plus de 2500 habitants. Finalement, leur recours en justice a abouti. Mardi, la Cour administrative d'appel de Nantes a annulé l'autorisation d'exploitation du site délivrée par le préfet. "C’est un soulagement parce qu’on se dit, on n’a pas fait ça en vain", s'est réjouie Raymonde Le Bars. 

La justice a ainsi reconnu que les trois éoliennes ont un impact visuel fort sur le paysage et les lieux avoisinants. Une décision qu'Eric Sauvaget, promoteur du projet, s'ait dit regretter, craignant de plus qu'elle n'ait de lourdes conséquences pour les futurs projets éoliens. 

"On était sur l’équivalent de la consommation de 5000 habitations donc ça pose énormément question. Que fait-on pour lutter contre ce réchauffement climatique, que fait-on pour décarborner notre économie, si on n'est pas capable de maintenir trois éoliennes comme à Noyal-Muzillac. Ça va être compliqué", a estimé le directeur général d'"Énergie Éolienne France". 

Les différents partis réfléchissent désormais à la suite à donner suite à cette décision de justice. Tandis que les riverains ne souhaitent qu'un démantèlement, un recours devant le Conseil d'État pourrait être envisagé du côté du promoteur éolien.


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : M. Giraud, N. Resmann

Tout
TF1 Info