Dans les champs, de plus en plus de panneaux photovoltaïques sont installés à la place ou au milieu des cultures.
Plus d'un millier de projets sont en cours.
Quels avantages, quels inconvénients ?

Sur ces neuf hectares d'herbe, un gros chantier démarre. Dans quelques mois, 13.000 panneaux solaires y seront installés pour produire de l'électricité. Le site sera prêt à la fin de l'année. Il alimentera près de 3000 foyers du secteur. L'entreprise EDP Renewables construit 40 projets de panneaux photovoltaïques à travers le pays. En coût de production, c'est l'une des énergies renouvelables les moins chères. "C'est une technologie qui est simple à déployer, rapide et qui peut se faire quasiment partout. On est sur une réflexion de lutte contre le réchauffement climatique et donc pour cela, il faut réfléchir à tous les endroits où on peut développer les énergies", nous explique David Pelletier, directeur du développement chez EDP Renewables.

Les terres agricoles ont l'avantage d'offrir de grandes surfaces. Dans l'Hexagone, 167 projets de ce type sont en production, près d'un millier sont en développement. Cependant, cette expansion ne convient pas à tout le monde. À Saint-Pierre-de-Varennes (Saône-et-Loire), les panneaux devaient recouvrir 20 hectares de pâturages, à la clé plus de recettes fiscales pour la commune. Elle n'en veut pas et la majorité des habitants non plus. Ce projet ne sortira donc jamais de terre.

Pour séduire les agriculteurs, les producteurs d'électricité tentent de combiner ces deux activités. Exemple chez ce céréalier, 14 rangées de panneaux verticaux ont été installés entre les cultures d'orge ou de lavande. L'installation et l'entretien sont payés par l'énergéticien. Il assure suivre une réglementation stricte pour ne pas rendre inutilisables ces terres agricoles. "On a un petit peu réduire la surface agricole disponible mais on est sur des installations où on a des vraies problématiques d'exploitation et de rendement", nous explique Vincent Gaffard, directeur régional Bourgogne-Franche-Comté chez TotalEnergies. Cette expérimentation dure depuis trois ans. "Ça va avoir un effet protecteur vis-à-vis du vent qui pourrait dessécher les cultures à des périodes chaudes ou les faire geler à des périodes plus froides", raconte Jean-Philippe Delacre, céréalier et producteur d'électricité.

Aucune étude n'a à ce jour prouvé le bienfait des panneaux sur les cultures. Ils garantissent néanmoins un revenu fixe dans un contexte où beaucoup d'agriculteurs ont du mal à vivre de leur travail.


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : Irvine Blonz, Grégory Martin

Tout
TF1 Info