Ski d'été : la station des Deux-Alpes pourrait, elle aussi, fermer plus tôt que prévu

Léa Prati | Reportage TF1 Marie Croccel, Christophe Buisine
Publié le 5 juillet 2022 à 9h18, mis à jour le 5 juillet 2022 à 14h57

Source : JT 20h WE

C'est un signe tangible du réchauffement climatique.
Des stations de ski françaises habituellement ouvertes l'été ont fermé leurs pistes prématurément.
Celle des Deux-Alpes pourrait prendre une décision similaire ce mercredi.

Le coût de l'installation est estimé à 800.000 euros. Car en plus d'être un joyau de la nature, le glacier de Mont de Lans constitue aussi un important business pour la station des Deux Alpes. Mais, malgré ces efforts considérables, la station pourrait quand même fermer ses pistes cet été : une décision sera prise ce mercredi (la station restera toutefois quoi qu'il arrive ouverte pour les randonnées, baignades au lac, balades en VTT...). Si c'est le cas, cette fermeture annoncera une fin de saison prématurée pour le ski d'été. Quelques stations suisses et autrichiens font de la résistance, mais l’offre mondiale en la matière a décliné de manière considérable ces dernières années.

La faute au réchauffement climatique

Ce qui est sûr, c'est que depuis trois décennies, la fonte des glaces ne cesse de s'accélérer. Certains skieurs aguerris vont même jusqu'à remettre en cause leur propre pratique. "Au final, je me rends compte que ce n'est peut-être pas forcément utile pour moi d'aller skier en été. Peut-être que le fait de skier sur le glacier, ça le dégrade encore plus vite. Il serait temps de faire un choix et d'arrêter ce genre de pratiques...", explique l'un deux dans le reportage de TF1 en tête de cet article.  

Le réchauffement climatique fait petit à petit disparaître les glaciers et, par extension, le ski d'été. "Les petits glaciers vont être amenés à terme, à disparaître et puis les gros glaciers autour de la chaîne du Mont Blanc ne vont pas disparaître, ce n'est pas à l'ordre du jour, mais ils vont s'adapter et réduire en taille", explique Emmmanuel Le Meur, glaciologue. Une publication datant de mai 2022 de l'observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (ONERC) estime que le bilan moyen d'une sélection de glaciers français montre un retrait de 19 mètres par an équivalent eau. 

En France, une vingtaine de glaciers sont surveillés pour garantir la sécurité des randonneurs et des skieurs. Le risque d'un effondrement majeur n'est pas d'actualité. Mais ce phénomène pourrait se produire un jour. Dimanche, le glacier de la Marmolada surnommé "La Reine des Dolomites" s'est effondré dans les Alpes italiennes, faisant au moins six morts et huit blessés. Une nuée de neige et de roche a dévalé les pentes du volcan de glace à plus de 300 km/h.


Léa Prati | Reportage TF1 Marie Croccel, Christophe Buisine

Tout
TF1 Info