LE WE 20H

VIDÉO - Réchauffement climatique : les révélations inattendues de la fonte des glaces

Mathilde Joris | Reportage Yannis Matisse et Frédéric Marchand
Publié le 25 septembre 2022 à 23h20
JT Perso

Source : JT 20h WE

La fonte des glaciers révèle des objets et débris anciens et inattendus.
Le réchauffement climatique accélère ce processus.
Le 20H de TF1 s'est rendu au glacier des Bossons, dans les Alpes.

Pierres précieuses, vêtements, sculptures… Des objets en tous genres, datant parfois du Moyen Âge, sont emprisonnés dans la neige et la glace. Le réchauffement climatique accélère la fonte des glaciers français, ce qui participe à révéler des trésors anciens en parfait état de conservation. Une équipe du 20H de TF1 s'est rendue dans les Alpes, au glacier des Bossons (Haute-Savoie) exactement, pour en savoir plus sur ce phénomène. 

Rendez-vous est pris à 1 720 mètres d'altitude avec Luc Moreau, glaciologue de Chamonix. "Le 11 août, on était sous la surface de la glace. Là, on a 2 mètres de fonte", s'alarme-t-il, signe d'un réchauffement climatique progressif dans les Alpes. Le glacier des Bossons a perdu près de 10 mètres d'épaisseur depuis la fin mai. Conséquence : une multitude de souvenirs du passé réapparaissent, tels qu'une carcasse de train d'atterrissage, prisonnière de la glace depuis 1966. Ces restes de l'avion d'Air India, qui devait relier Bombay à Londres il y a plus de 50 ans, sont désormais éparpillés çà et là, en pleine lumière. 

La découverte d'objets anciens permet d'étudier la présence d'hommes préhistoriques

Cette zone des Alpes est riche en trouvailles exceptionnelles. Il y a 9 ans, un randonneur a eu la surprise de retrouver des émeraudes et saphirs d'une valeur de 150 000 euros. Un autre habitué des sommets a lui découvert un corps momifié, sac sur le dos et chaussures à crampons en cuir encore aux pieds. L'ADN a permis de déterminer l'identité de l'homme : un jeune alpiniste allemand disparu en 1990. "Deux corps sont rendus par les glaciers chaque année", selon lieutenant Stève Léger, porte-parole de la police cantonale valaisanne., interrogé dans la vidéo en tête d'article.

Malgré les conséquences sur les écosystèmes, la montée des températures dans les massifs permet aux archéologues de mettre la main sur des artéfacts anciens pour ainsi étudier la présence des hommes préhistoriques dans les hautes montagnes. "On ramasse tout ce qu'on peut, on regarde de près, on nettoie, on photographie, on recolle les éléments qui vont ensemble. Puis on cherche à comparer, à comprendre", développe Éric Thirault, archéologue et professeur de préhistoire à l'Université Lumière Lyon 2.

Lire aussi

L'ampleur de ce phénomène est inédite dans les Alpes. Cet été, un millier de vestiges ont été répertoriés dans les cols en Savoie. Une situation à double tranchant : plus les températures augmentent et plus les chances sont élevées de découvrir des objets. Mais plus le risque est grand de laisser des traces anciennes précieuses se détériorer avant d'avoir été retrouvées. 


Mathilde Joris | Reportage Yannis Matisse et Frédéric Marchand

Tout
TF1 Info