LE WE 20H

VIDÉO - Mexique : comment "l'œil de feu" a-t-il été éteint ?

Léa LUCAS avec TF1
Publié le 3 juillet 2021 à 22h59
JT Perso

Source : TF1 Info

ENVIRONNEMENT - Provoqué par une fuite de gaz après la rupture d'une canalisation sous-marine dans le Golfe du Mexique, "l'œil de feu" a donné du fil à retordre aux forces navales. Il aura fallu cinq heures et des projections d'azote pour éteindre les flammes.

L'océan a pris feu de l'autre côté de l'Atlantique. Des navires spécialisés ont été déployés en urgence ce vendredi pour mettre fin à l'incendie provoqué par une fuite de gaz après la rupture d'une canalisation sous-marine, située à une centaine de mètres d'une plateforme pétrolière du Golfe du Mexique. Mais comment les forces navales ont-elles réussi à éteindre les flammes ?

En déversant, non pas de l'eau, mais une quantité importante d'azote, doté d'excellentes propriétés d'extinction. Ce gaz naturel, inodore et ininflammable n'est pas polluant et ne représente aucun danger pour la santé des individus. Stocké en bouteilles, il réduit l'oxygène présent dans l'atmosphère pour éteindre les incendies par étouffement des flammes. 

Généralement utilisé dans des lieux sensibles, comme les centres informatiques ou encore les laboratoires médicaux, l'azote n'a besoin que d'une poignée de minutes pour venir à bout d'une zone embrasée. Mais lors de cet incident océanique, cinq heures ont été nécessaires pour éteindre "l'œil de feu". 

La rupture de la canalisation sous-marine était située à 150 mètres de la plateforme pétrolière dans le Golfe du Mexique. - TF1

Selon un premier rapport, de mauvaises conditions météorologiques seraient à l'origine de la rupture de la canalisation
sous-marine localisée à moins d'un mètre de la surface de la mer. La plateforme pétrolière à proximité serait "épargnée", selon Petróleos Mexicanos. L'entreprise pétrolière mexicaine a par ailleurs indiqué, dans un communiqué publié sur Twitter ce vendredi, que l'incendie avait été éteint à 10h45 (heure locale) et qu'"aucun blessé", ni "aucune évacuation" n'était à signaler. 

Ce n'est pas la première fois que l'entreprise mexicaine se retrouve au cœur de scandales environnementaux. En 2019, dernier incident en date, elle avait été pointée du doigt après l'explosion d'un oléoduc transportant du pétrole brut au Nord de la capitale, Mexico. Cet accident avait engendré la mort de plus d'une centaine de personnes. 


Léa LUCAS avec TF1

Tout
TF1 Info