À partir du 15 avril, une balade en forêt avec votre chien sans laisse pourrait vous coûter cher.
Cette amende de 750 euros a pour but de protéger la reproduction des animaux sauvages.

Derniers instants aujourd'hui dans les bois de Meudon (Hauts-de-Seine) pour courir, fureter, s'ébrouer en toute liberté. À partir du 15 avril et jusqu'au 30 juin, les propriétaires devront y tenir leurs chiens en laisse sous peine de forte amende. "Empêcher un chien d'être libre en forêt, je trouve ça complètement antinomique avec ce qu'est la vie du chien", estime une dame dans le reportage de TF1 en tête de cet article. Certains, plus compréhensifs, appliquent déjà cette règle. "C'est normal, la faune est en train de se reproduire en ce moment, donc on évite que le chien aille les embêter", réagit un coureur à pied, la laisse de son chien en main. 

Qu'on se place du point de vue du chien en soif d'aventure, ou de celui de la population naturelle des sous-bois, les conclusions ne sont pas les mêmes. La règle n'est pourtant pas nouvelle, et ne s'applique qu'à une période de l'année. Le montant de l'amende, les zones concernées, et le pourquoi d'une telle règle, TF1info vous résume tout cela ci-dessous.

Le montant de l'amende

Une amende de quatrième catégorie est prévue, jusqu'à 750 euros. Le montant est élevé, peut-être pour rappeler à tous cette mesure déjà existante de longue date, mais aujourd'hui largement ignorée. Le but est avant tout pédagogique. Le chien peut circuler librement sur les allées forestières, l'amende ne s'appliquera que s'il les quitte, ou s'il est éloigné de plus de 100 mètres de son propriétaire. Cette loi existe depuis 1955. L'État et les chasseurs voulaient alors préserver le gibier en période de reproduction. Il s'agit désormais de protéger la faune des milieux naturels, comme le rappelle l'Office National des Forêts (ONF).

Quelles zones sont concernées ?

L'interdiction de laisser divaguer son chien concerne d'ailleurs toutes les zones naturelles, les prés, les marais, les plages ou les dunes, où nichent certaines espèces d'oiseaux. Le but est de protéger les zones de reproduction "de toutes espèces de gibiers et d'oiseaux", précise la loi. 

À quelle période s'applique l'obligation ?

Du 15 avril au 30 juin, où se concentrent la période de reproduction et la saison des naissances pour l'essentiel de la faune sauvage. Le reste de l'année, les propriétaires de chien peuvent lâcher leur animal, mais ne pas les laisser divaguer hors de leur surveillance, à plus de cent mètres d'eux. Outre la faune sauvage, les chiens peuvent également constituer une menace pour les troupeaux sur l'ensemble de l'année. 

Pourquoi ce règlement est nécessaire ?

"Ce qu'on peut constater, c'est les dégâts sur les nids avec des œufs qui sont abîmés. C'est aussi les mères qui quittent le nid par peur du chien. On est dans une époque de disparition de la biodiversité à un rythme important, et donc tout facteur d'aggravation supplémentaire est à proscrire", explique au micro de TF1 Loïc Obled, de l'Office français de la biodiversité. Les chiens, même les plus affectueux dans la sphère familiale, peuvent perturber la période de reproduction des animaux qu'ils effraient, voire tuer ceux qui sont encore jeunes. 


La rédaction de TF1info | Reportage : Michel Izard, Céleste de Kervenoaël

Tout
TF1 Info