En Indre-et-Loire, les effondrements se sont multipliés à la suite des intempéries records.
En cause, une pierre particulièrement fragile.
Des habitants ne peuvent plus vivre chez eux.

À Véretz (Indre-et-Loire), un énorme morceau de coteau s'est effondré, ensevelissant une cour à quelques mètres d'une maison. Aucun blessé, mais de gros dégâts. Le propriétaire n'a rien pu faire. Le seul signe avant-coureur était une fissure dans le mur. "On a appelé les pompiers, on a bien fait parce qu'au moment où ils sont arrivés, c'est tombé", raconte Tony Rioul.

C'est seulement deux jours après que j'ai réalisé que ça aurait pu être très grave
Une habitante après un éboulement

Avec 200 mètres cube de terre et de pierre de tuffeau, c’est un éboulement exceptionnel. Le plus gros observé en ce début d'année par Fanny Bourgeois, géologue au syndicat intercommunal Cavités 37 de Saint-Avertin : "Ce mur soutenait de la terre, des terrains meubles à l'arrière, et comme les terrains meubles n'avaient plus de soutien et qu'ils étaient gorgés en eau, ils ont glissé", explique-t-elle.

Les habitants n'ont plus le droit d'habiter dans la maison le temps que le site soit sécurisé : "J'espère que la mairie va nous trouver un relogement rapidement parce que l'hôtel, c'est compliqué..."

Non loin, à Chinon, un autre éboulement s’est produit le long de la route. Car ce n'est pas un cas rare dans ces terres aux nombreux talus de tuffeau. "Ils vont contribuer à se dégrader avec le temps", observe la géologue qui multiplie les interventions, une vingtaine en seulement quinze jours. Les précipitations record en mois dernier en sont les causes. 

"Le tuffeau, c'est comme une éponge, quand il est trop chargé en eau, sa résistance s'effondre et son poids augmente énormément. Il finit par s'effondrer", poursuit l'experte. Les effondrements sont de  plus en plus fréquents avec le changement climatique. Dans le jardin d'une propriété, un bloc de pierre de plusieurs centaines de kilos a chuté. "C'est seulement deux jours après que j'ai réalisé que ça aurait pu être très grave", témoigne la propriétaire. 

D'autres rochers menacent de s'effondrer. Le talus appartient à sa voisine, qui va devoir faire les travaux : "C'est joli mais pour l'instant c'est une malédiction pour moi parce que ça entraîne des coûts..." 

Pour se protéger, plusieurs solutions : agrafer les rochers fragiles et installer de nouveaux filets.


La rédaction de TF1info | Reportage Matthieu Rio, Cécile Madronet

Tout
TF1 Info