VIDÉO - Des requins sur nos côtes : quelles espèces rôdent près des plages françaises ?

par A. LG | Reportage TF1 : Sébastien Hembert, Tanguy Joire
Publié le 29 juin 2023 à 18h44, mis à jour le 23 juillet 2023 à 13h08

Source : JT 13h Semaine

Une plage des Pyrénées-Orientales a été évacuée en urgence samedi après qu'un aileron de requin a été aperçu dans l'eau.
Plusieurs requins avaient également été filmés au large de Bretagne et du Pas-de-Calais ces derniers jours.
Si certains s'inquiètent d'une possible recrudescence du prédateur sur nos côtes, une dizaine d'espèces vivent dans les eaux françaises.

Va-t-on devoir s'habituer à voir davantage de requins près de nos côtes ? C'est ce que craignent certains observateurs, alors que plusieurs espèces de requins ont été récemment aperçues dans les eaux françaises. Samedi 22 juillet, un aileron de requin aperçu sur la plage du Barcarès (Pyrénées-Orientales) a provoqué l'évacuation immédiate des baigneurs. Un fait rare, mais pas isolé. 

Les dernières rencontres connues avec des squales près de nos côtes remontent à fin juin. Ont ainsi été signalés un requin-taupe de trois mètres au large de Trégastel, en Bretagne, et un requin-pèlerin de près de six mètres, au large de Boulogne-sur-Mer, dans le Pas-de-Calais

Dans l'Hérault, des promeneurs ont également découvert un requin mako. Bloqué dans trente centimètres d’eau au niveau de la plage de Marseillan, l’animal, potentiellement malade, était mort à l’arrivée des experts de l’Aire marine protégée.

"Une dizaine de requins près des côtes françaises"

Pour les experts, ces observations rapprochées, parfois attribuées à tort au réchauffement climatique, n'ont pas lieu d'inquiéter. "Il n’y a rien, d’un point de vue scientifique, qui permette d’étayer l’hypothèse du réchauffement de la planète comme facteur explicatif de la présence de ces poissons près des plages", soulignait l'an dernier auprès de Ouest-France Éric Clua, professeur à l’École pratique des Hautes études et vétérinaire spécialiste du comportement des requins. En revanche, poursuivait-il, "les requins étant très sensibles à l’oxygénation de l’eau, on peut imaginer que si la mer se réchauffe, leur milieu de vie se dégrade", assurant qu'il n'y en a "absolument pas" plus qu'avant sur nos côtes, malgré l'effet de médiatisation qui peut donner l'impression contraire.

"En France, on trouve à peu près une dizaine de requins près des côtes", explique de son côté à TF1 Dominique Mallevoy, responsable de l'aquariologie Nausicaá à Boulogne-sur-Mer, dans le reportage en tête de cet article. "Dans 99% des cas, pas de panique", ajoute-t-il, soulignant qu'"en général, c'est plutôt une chance de pouvoir rencontrer ces animaux qui sont devenus tellement rares".

Requin-pèlerin et requin-taupe

Si la majorité des requins qui longent les côtes de l'Hexagone dépassent rarement les deux mètres, il existe quand même de grands spécimens. C'est le cas du requin-pèlerin qui peut mesurer jusqu'à douze mètres et peser cinq tonnes. Malgré sa taille, cette espèce, la deuxième plus grande après le requin-baleine, est totalement inoffensive pour l’homme. Elle se nourrit uniquement de plancton. 

À l'instar du requin pèlerin, le requin-taupe est une espèce sans danger pour les plongeurs et les surfeurs puisqu'il se nourrit principalement de poissons et de crustacés. Décrit comme prédateur opportuniste, il mange ce qui est disponible dans son environnement. Régulièrement aperçu près des côtes bretonnes ces dernières années, le requin-taupe peut mesurer jusqu’à 3,50 mètres de long et peser dans les 250 kilos. Trapu et impressionnant, il est parfois confondu avec le requin Mako ou le grand requin blanc, deux autres espèces présentes dans les eaux françaises.

Requin mako et requin blanc

Et il n'y a pas que leur apparence qui prête à confusion, car le requin mako est aussi appelé... requin taupe-bleu. Ce dernier se distingue toutefois par sa vélocité, puisqu'il compte parmi les requins les plus rapides de l'océan. Quand il est en chasse, il en en effet atteindre une vitesse de pointe dépassant les 60 km/h  et sauter hors de l'eau jusqu'à six mètres de hauteur. Mais du fait de la surpêche, accidentelle ou volontaire, sa population a chuté de plus de 90%. Considérée comme "vulnérable" depuis 2007, cette espèce a été classée depuis 2021 "en danger d’extinction" au niveau mondial, et même "en danger critique” en Méditerranée.

A noter, également, la présence d'une petite population de requins blancs en Méditerranée. En 2018, alors que les dernières observations dataient de 2012 dans le golfe de Saint-Tropez et 2020 au large de la Sicile, l'espèce était considérée comme quasi éteinte, à 98%. Mais une nouvelle observation, en septembre dernier près des côtes camarguaises, est venu redonner l'espoir d'un repeuplement progressif aux scientifiques. À l'époque, ces derniers avaient insisté sur le fait que la présence de cette femelle, filmée par des pêcheurs, ne devait pas laisser penser qu'un banc entier de requins blancs nagent près des côtes méditerranéennes. En plus d'être solitaires, ces derniers préfèrent nager dans des eaux profondes, loin des humains.

Parmi les autres espèces de requins présentes en France, figurent également le requin bordé, le requin cuivre, le requin-renard, le requin gris, le requin taureau, mais aussi la petite et la grande roussette, les émissoles, détaillait Géo en novembre dernier.


A. LG | Reportage TF1 : Sébastien Hembert, Tanguy Joire

Tout
TF1 Info