Limoges : les ronds-points transformés en... potagers

Léa Tintillier | Reportage TF1 Carlo Parédès, Emmanuel Sarre
Publié le 20 décembre 2022 à 18h21

Source : JT 13h Semaine

Le conseil municipal de Limoges (Haute-Vienne) a décidé de remplacer les parterres de fleurs de ses ronds-points et de ses espaces verts par des potagers.
Les légumes sont ensuite distribués gratuitement.
Une idée saluée par la population.

Il y a quelques semaines encore, des fleurs de toutes les couleurs y poussaient. Les espaces verts de Limoges sont désormais remplacés par des jardins potagers. De quoi interpeller les passants. "Je pense que ça doit surprendre les gens qui viennent à Limoges", rit une femme. "C'est l'hiver. De toute façon, c'est compliqué d'avoir des fleurs avec des couleurs vives en cette saison", poursuit un homme. 

Les jardiniers ont également dû s'adapter à ces nouvelles plantations, comme le persil. Mais les légumes n'empêchent pas un travail de plantation tout aussi soigné que pour les fleurs. "On ne plante pas pour planter. On essaie d'avoir une cohérence sur la couleur, sur la forme", explique un jardinier. "Normalement, on ne devrait plus avoir de fleurs, ou alors, on mettra des fleurs comestibles comme la capucine ou l'hémérocalle. D'ailleurs, des grands chefs s'en servent pour faire leurs plats", ajoute une jardinière. 

Distribution gratuite

L'initiative repose sur une idée : la culture maraîchère en milieu urbain. Aussitôt effectuée, la récolte, certes modeste, est distribuée gratuitement aux habitants, dont certains ont de petits revenus. "Je n'ai pas honte. Ils les donnent !", affirme une retraitée. "Au prix où ils sont aujourd'hui ! La salade était à 90 centimes et elle est passée à 1,29 euro. La vie est très chère et je veux en faire profiter mes filles aussi", ajoute une autre. 

La production a fait l'objet d'analyses. Selon la ville, elle ne montre aucune pollution. Pour l'instant, 1200 mètres carrés en différents endroits de la ville sont cultivés. Bientôt, les légumes seront en libre-service. "Ce sera encadré par les jardiniers présents sur les sites. Les gens pourront ramasser une tomate, des radis, des haricots verts, des pommes de terre...", explique Jean-Marc Legendre, responsable des jardiniers. Les habitants auront le choix et sans doute un peu plus de couleurs lors des récoltes printanières et estivales. De quoi faire oublier les fleurs. 


Léa Tintillier | Reportage TF1 Carlo Parédès, Emmanuel Sarre

Tout
TF1 Info