VIDÉO - Dans cette usine du Maine-et-Loire, on désintègre 110 frigos à l'heure

par La rédaction de TF1info | Reportage Nicolas Hesse, Xavier Baumel, François Bourdillon
Publié le 28 novembre 2023 à 17h40, mis à jour le 29 novembre 2023 à 12h00

Source : JT 13h Semaine

À Verrières-en-Anjou, en périphérie d'Angers, une usine géante de traitement de réfrigérateurs en fin de vie tourne à plein régime.
Un exemple de recyclage de notre électroménager sur lequel se penche le 13H de TF1 dans le cadre d'une semaine spéciale anti-gaspi.
Regardez cet étonnant reportage.

Sous vos yeux, dans le reportage de TF1 ci-dessus, des milliers de réfrigérateurs en fin de vie. Tous attendent d'être recyclés dans cette usine géante, un site situé en pleine campagne angevine. Dans les communes avoisinantes, peu d'habitants connaissent son existence. "Que c'est la plus grosse de France, personne ne le sait", assure un homme - qui lui semble au courant - interrogé par notre équipe. "Je l'ai vue sur les journaux, j'aurais bien visité cette usine", dit un autre.

C'est justement ce que propose notre reportage. Derrière les murs de ce site, tout commence avec de longues rangées d'appareils qui ne servent plus : des produits collectés dans les déchetteries ou par des professionnels. "Environ 2000 réfrigérateurs arrivent chaque jour sur le site en provenance du grand ouest, de la Normandie à la Nouvelle-Aquitaine en passant par la Bretagne et les Pays-de-la-Loire", indique Olivier Gombeaud, directeur d'exploitation de Véolia Triade Angers. Les électroménagers passent ensuite par un grand hangar. Quelques-uns auront droit à une seconde vie, les autres en revanche seront dépollués sur la plateforme. On y enlève "le verre, les déchets qui restent dedans, le plastique qui gêne", résume un technicien de tri. À cela s'ajoutent les gaz contenus dans chaque produit.

Sur les lignes, tout est automatique, comme les tapis roulants pouvant transporter des appareils pesant parfois plus de 80 kilos. Une centaine de réfrigérateurs est traitée chaque heure, et c'est une prouesse. Coût de l'investissement : 20 millions d'euros. 

Une fois vidées, les carcasses poursuivent leur chemin vers une immense machine, un broyeur capable de réduire en miettes une dizaine d'appareils en même temps. À la sortie, il ne reste que des morceaux d'acier, qui seront réutilisés dans la construction ou encore l'automobile, de plastique et d'aluminium. Mais il reste encore beaucoup à faire. 

"On capte uniquement 60% des réfrigérateurs en fin de vie. Un réfrigérateur qui vient chez nous, c'est une tonne d'équivalent CO2 qui est évitée de rejet dans l'atmosphère", explique Gilles Carzuzaa, directeur général de Véolia D3E. Le travail est énorme : chaque année, deux millions de réfrigérateurs sont jetés en France. 


La rédaction de TF1info | Reportage Nicolas Hesse, Xavier Baumel, François Bourdillon

Tout
TF1 Info