Initiatives environnementales

Sauver le corail rouge de Méditerranée

Publié le 6 novembre 2022 à 20h35
JT Perso

Source : JT 20h WE

Malgré les apparences, le corail n'est ni un minéral ni un végétal.
Le corail est menacé par la pollution et les changements climatiques.
À Banyuls-sur-Mer, les scientifiques ont décidé de créer une sorte de sanctuaire pour mieux l'observer.

Nous sommes à 200 m des côtes dans une aire marine protégée près de Banyuls-sur-Mer. Sous le bateau, un laboratoire unique au monde. Pour nous guider, Lorenzo Bramanti, chercheur au CNRS et spécialiste coraux, une référence mondiale. Il étudie les coraux rouges depuis plus de 30 ans. Après huit minutes de descente, le laboratoire sous-marin apparaît enfin. Il est composé de six blocs de béton posés sur le sable. À l'intérieur, un trésor se dévoile à la lueur de nos torches. Il s'agit de colonies de coraux rouges de quelques centimètres, des animaux fragiles. Ils ont près de 40 ans. D'après les relevés, ils grandissent lentement, un millimètre par an.

Les scientifiques les étudient depuis 3 ans : température de l'eau, nourriture, distance entre les différentes grottes artificielles. Tout est pris en compte. D'après leur constatation, les coraux sont capables de se reproduire à 15 mètres de distance. Les résultats sont déjà visibles. Dans les grottes, voici les plus jeunes, âgé de 3 ans, un brin de quelques millimètres très fragiles. Les scientifiques y ont fait une découverte surprenante.

Les scientifiques prélèvent aussi des coraux de mer. Une opération à 22 mètres de profondeur. C'est possible uniquement dans le cadre scientifique, sinon, c'est interdit. Ces fragments sont ensuite analysés au microscope dans le laboratoire de Banyuls. C'est le seul moyen pour mieux définir le sexe du corail. Les femelles sont mises de côté dans un aquarium en attendant la prochaine période de reproduction prévue l'été prochain. Elles seront réintroduites dans le laboratoire sous-marin. Image rare dans le reportage en tête de cet article, les voici en plein repas avalant de minuscules crevettes. Des études précieuses qui permettent de suivre l'évolution des coraux de la réserve marine de Cerbère-Banyuls.

L'exploitation du corail rouge est réglementée depuis 15 ans. Utilisé notamment en joaillerie. Il est vendu 4 000 euros le kilo. Aujourd'hui, il n'est plus possible de le pêcher à moins de 50 mètres de profondeur. Au fonds de l'eau, l'or rouge de la Méditerranée est précieux. Il sert d'habitat pour des milliers d'espèces.

TF1 | Reportage L. Romanens, J. Bervillé


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info