Initiatives environnementales

Incendies en Gironde : les brebis, nouvelles protectrices de la forêt

Laetitia A.D. | Reportage : Erwan Braem, Christophe Brousseau
Publié le 4 décembre 2022 à 18h37
JT Perso

Source : JT 13h WE

Pour prévenir les risques d'incendies, des éleveurs agissent à leur échelle pour protéger la forêt.
Ils font paitre leurs animaux dans les bois pour y entretenir la biodiversité.
Une équipe de TF1 est allée à la rencontre d'une bergère et de son troupeau dans les Landes.

De nouveaux protecteurs pour la forêt. Suite aux incendies ravageurs qui ont touché la Gironde cet été, certains éleveurs ont décidé d'aider à leur échelle pour empêcher qu'un tel scenario ne se reproduise. Leur solution ? Leurs animaux. Notre équipe de TF1 a rencontré la bergère Jeanne Fernandes. Chaque jour, ses brebis s'élancent vers la forêt au lieu de leurs prairies habituelles." Elles peuvent vraiment partir très rapidement. Donc là, elles sont obéissantes et assez mignonnes", assure-t-elle en les emmenant vers les bois. 

Rien ne les arrête, ni les branches d’arbres, ni le sable de la forêt landaise, ni les pentes abruptes. Ces animaux-là sont tout-terrain. Leur mission du jour est d’aller nettoyer une parcelle dans une zone de forêt accidentée de Soustons, dans les Landes. "C'est une zone d'accès difficile pour les machines, alors les brebis permettent de nettoyer ces zones et de prévenir les risques d'incendies dans ces lieux non mécanisables", explique la bergère dans la vidéo en tête de l'article.

Les brebis, sources de biodiversité en forêt

En une après-midi, ses brebis ont nettoyé un hectare de forêt. Elles assainissent ainsi des zones potentiellement inflammables. Elles mangent de tout, et surtout les feuilles, qui seraient les premières à brûler en cas d’incendie. C’est pour cette raison que Jeanne Fernandes, bergère depuis 11 ans, a proposé l'usage de son troupeau à la commune de Soustons. 

Autre avantage de la présence animale : le développement de la biodiversité. La simple circulation des brebis permet ce déploiement d'espèces dans tout le massif. "On va avoir un enrichissement du sol, la végétation va se diversifier aussi. Là où il y a plus de variétés végétales, les brebis vont les semer un peu partout. Il va y avoir un joli impact", analyse la bergère au micro du 13H Week-end de TF1.

Lire aussi

Pour la commune forestière de 1 200 hectares, le nettoyage animal est moins destructeur que les méthodes mécaniques. Il permet aussi de laisser grandir certaines variétés d’arbres très utiles. "C'est vraiment très intéressant d'avoir des espèces de plantes qui ont une résistance au feu beaucoup plus importante. Et d'avoir ce mélange nous permet d'avoir des feux qui courent moins ", souligne l'adjoint au maire de Soustons. À partir de janvier, la bergère Jeanne Fernandes travaillera en collaboration avec l’Office national des forêts (ONF), pour entretenir de façon régulière et naturelle des zones ciblées du massif forestier.


Laetitia A.D. | Reportage : Erwan Braem, Christophe Brousseau

Tout
TF1 Info