VIDÉO - Industrie de la patate : la guerre des terres dans les Hauts-de-France

par La rédaction de TF1 | Reportage : Ludovic Romanens, Julien Bervillé, Baptiste Sisco
Publié le 30 novembre 2023 à 11h17

Source : JT 20h Semaine

Les Hauts-de-France sont de loin la première région de production de pommes de terre.
Les surfaces consacrées à la culture de ces tubercules augmentent chaque année.
Parfois au détriment de l'environnement.

C'est un légume de pleine terre, une star dans le nord de la France. La pomme de terre pousse dans des sols un peu acides, les exploitations agricoles se multiplient. C'est le cas dans le bocage avesnois, proche de la frontière belge. Il y a encore dix ans, il y avait des prairies, des vaches laitières un peu partout. Aujourd'hui, tout est bien différent pour le maire d'Ohain.

Ce village est en fait entouré de champs de pommes de terre. Toutes ces terres appartiennent à un agriculteur néerlandais et il en veut encore plus. Il convoite les 200 hectares de prairies d'une ferme abandonnée, actuellement en vente. Les parcelles sont cinq fois moins chères que dans son pays. Cette culture, plus rentable que les céréales, fait vivre des milliers d'agriculteurs dans le Nord.

Destruction de haies

Avec 5,8 millions de tonnes récoltées, la région Hauts-de-France concentre 64% de la production nationale. À quelques kilomètres, dans une usine de transformation de pommes de terre, les besoins sont énormes : 500.000 tonnes par an qui arrivent par camion en permanence. 

Un marché florissant qui n'est cependant pas sans incidences sur l'environnement. Des policiers de l'office de la biodiversité le constatent tous les jours sur le terrain. Au cours d'une de leurs enquêtes, ils découvrent par exemple aux abords d'un champ un trou qui a servi à brûler du bois. Des images satellites permettent de constater que 248 mètres de haies sont partis en fumée pour laisser de la place supplémentaire à la culture. Détruire des haies est pourtant un délit : l'agriculteur risque jusqu'à trois ans de prison et 150.000 euros d'amende. 


La rédaction de TF1 | Reportage : Ludovic Romanens, Julien Bervillé, Baptiste Sisco

Tout
TF1 Info