Sécheresse : l'Hérault tente d'éviter une catastrophe cet été

par La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : E. Payro, O. Stammbach, V. Abellaneda
Publié le 19 avril 2024 à 9h32

Source : JT 20h Semaine

Les nappes phréatiques se sont rechargées en eau presque partout en France.
Mais la situation reste critique dans trois départements, dont l'Hérault.
Le 20H de TF1 s'est rendu sur place.

Il n'est tombé presque aucune goutte de pluie en deux ans au sud de Béziers (Hérault). Ailleurs dans le département, le niveau de plusieurs lacs et cours d'eau est déjà aussi bas qu'en plein mois d'août. Dans certains villages, l'eau potable doit être livrée par camion-citerne. L'été n'a pas encore démarré mais l'Hérault est déjà en alerte. 

Sophie surnomme ses parcelles "le désert". Assoiffée, la vigne meurt prématurément et produit moins de raisins. En 2023, la viticultrice a perdu la moitié de sa récolte à cause du manque d'eau. "C'est ma plus petite récolte depuis 24 ans que je suis installée. Et si en 2024 je n'ai pas une récolte à peu près normale, je serai obligée d'arrêter. J'en suis à ce niveau", déplore Sophie Noguès face à la caméra du 20H de TF1, dans le reportage visible en tête de cet article.

Sa dernière option est d'installer des panneaux solaires, car rien ne pousse sur ces terres desséchées. Même le fleuve voisin n'est plus une ressource : son débit est si faible que l'eau salée de la mer remonte dans son lit et empoisonne les sols.

L'Hérault veut sécuriser ses ressources en eau

L'eau manque partout dans le département. À 40 km plus au nord, la source historique de la commune de Bédarieux, 6000 habitants, diminue de jour en jour. "Jamais les anciens de Bédarieux n'auraient imaginé que cette source serait presque tarie", explique Francis Barsse, le maire de la commune.

En deux ans, aucune pluie n'a pu réalimenter la source, dont le débit a été divisé par six. "Si ça continue, au mois de juillet on va être en grande difficulté sur cette ressource, qui sera à sec", poursuit l'édile.  

Face à la situation, la commune cherche une solution d'urgence, comme un forage jusqu'ici non exploité. Ce jour-là, sous l'objectif de notre caméra, une hydrogéologue pose une sonde pour mesurer le niveau de l'eau avant son exploitation, dans quelques mois. 

Pour limiter les risques de pénurie, l'Hérault veut sécuriser ses ressources en eau. Comme au lac artificiel du Salagou, le plus grand réservoir du département. "On contrôle quotidiennement le niveau des eaux. Chaque année, il y a une évaporation vraiment plus importante avec ces températures élevées", indique Christophe Morgo, vice-président du département, délégué à l'Environnement. La solution pour maintenir les réserves se trouve à l'intérieur du barrage, avec un nouveau programme de gestion de l'eau.


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : E. Payro, O. Stammbach, V. Abellaneda

Tout
TF1 Info