VIDÉO - Suède : à la découverte des "maisons-serre", ces habitations qui se passent de chauffage

par T.A. | Reportage : Quentin FICHET et Maud GATINEAU
Publié le 26 novembre 2023 à 18h41, mis à jour le 27 novembre 2023 à 14h06

Source : JT 20h WE

La Suède vient d'inventer l'une des maisons les plus écologiques au monde.
Dans cette habitation sous forme de serre, le propriétaire peut se passer de chauffage même si les températures extérieures sont négatives.
Une équipe de TF1 a rencontré les propriétaires de ces étranges bâtisses.

Y habiteriez-vous ? À l'est de la Suède, Roja Brimalm et son mari vivent depuis deux ans dans une "Naturhus" ("maison naturelle" en français), une habitation recouverte d'une immense serre. Au total, la maison bénéficie d'une belle surface et s'étale sur 400 m². Une immense baie vitrée sépare les parties extérieures et intérieures. 

Les différentes pièces sont conçues de manière originale : le salon est reconverti en potager, quand l'étage, lui, s'étend sur une large véranda. "Ça, c'est la terrasse", montre la propriétaire dans le reportage de TF1 à visionner en tête de cet article. "Nous l'utilisons au printemps et à l'automne, car il y fait toujours un peu chaud. C'est le même climat que dans le nord de l'Italie, mais en vivant en Suède", s'amuse Roja.

Au rez-de-chaussée, un salon est reconverti en potager, quand l'étage, lui, est surmonté d'une large véranda en verre.
Au rez-de-chaussée, un salon est reconverti en potager, quand l'étage, lui, est surmonté d'une large véranda en verre. - TF1

Un objectif d'autosuffisance

Un écosystème complet a été recréé dans cet endroit, grâce à l'installation de nombreuses plaques de verre. Elles capturent la chaleur et permettent ainsi de maintenir ce climat méditerranéen naturellement, sans chauffage. Par exemple, en ce jour ensoleillé de novembre, il ne fait que 6°C à l'extérieur, mais 18°C à l'intérieur. Roja réalise ainsi 40% d'économie sur ses dépenses d'énergie. Melons, tomates, raisin : cette bulle de chaleur permet aussi de faire pousser toutes sortes de fruits et légumes, de février à octobre. 

L'objectif de ce mode de vie, pour Roja et son mari ? Tendre vers l'autosuffisance. "On a tout ici, rien à acheter, explique la propriétaire. Cela limite donc un peu le transport de marchandise et la pollution qui va avec... C'est notre philosophie." Le couple a bâti lui-même la maison en dépensant 500.000 euros. Une dizaine d'autres "Naturhus" existent en Suède. L'architecte Fredrik Olson est à l'origine de la construction de la moitié de ces originales habitations. "Ce concept peut être appliqué à une plus grande échelle, assure le spécialiste. On en dessine pour des particuliers, mais on peut aussi adapter les 'Naturhus' pour des écoles, des jardins d'enfants, des restaurants."

Pour remplir totalement leur mission environnementale, les maisons-serre doivent respecter plusieurs critères de conception. Le traitement des eaux y est par exemple crucial. "Toutes les eaux usées de la douche, des toilettes, arrivent ici, sous la terrasse, indique Stefan Wik, propriétaire d'une maison-serre, près de la ville de Gränna, au centre du pays. Elles sont ensuite nettoyées dans ces réservoirs, en cinq étapes, avant d'être réutilisées pour l'arrosage des plantes.

Malgré leurs bénéfices écologiques, les maisons-serres sont encore très rares. Elles constituent pourtant une solution de logement très adaptée à des conditions climatiques tempérées, comme en Allemagne ou en France.


T.A. | Reportage : Quentin FICHET et Maud GATINEAU

Tout
TF1 Info