VIDÉO - "Terre augmentée" : découvrez comment le changement climatique va redessiner les campagnes françaises

par T.A. | Reportage : Matthieu DESMOULINS, Antoine POCRY et Alix PONSAR
Publié le 26 novembre 2023 à 20h41, mis à jour le 30 novembre 2023 à 15h00

Source : TF1 Info

Le réchauffement climatique engendrera de profonds changements de la campagne française.
Des cultures vont s'implanter là où elles ne poussaient pas, d'autres vont déserter des régions devenues trop chaudes.
Découvrez ces futures évolutions en 3D, lors du premier épisode de "Terre augmentée", la nouvelle rubrique du 20H de TF1.

C'est un effet déjà observé du réchauffement climatique : à cause du phénomène, les paysages de nos campagnes risquent de perdre leur verdure. Résultat : des sols plus secs, moins fertiles, et des cultures qui devront parfois se déplacer, en dehors de leur zone de prédilection. Un exemple de ces changements ? Les champs d'oliviers, véritable symbole du sud de la France. Mais avec le dérèglement climatique, lorsque la température augmentera d'un degré, les zones de culture devront monter de 200 kilomètres vers le nord, pour retrouver les mêmes conditions pour prospérer. 

Ainsi, dans des champs beaucoup plus éloignés de la Méditerranée, autour de Lyon par exemple, il sera possible de faire pousser les mêmes oliviers. Mais aussi, à terme, des grenades et des pistaches. En résumé : le paysage méditerranéen va s'étendre. Toutefois, la problématique touche toutes les zones du pays. Pour mieux le comprendre, le journal de 20H, dont vous pouvez retrouver les images en tête de cet article, vous propose de visualiser les paysages de demain en réalité augmentée. 

Du vin venu de... Bretagne

Encore plus au nord, dans la campagne bretonne, nos animations 3D vous permettent d'imaginer des campagnes totalement chamboulées. D'après les prévisions des experts, d'ici à la fin du siècle, le Morbihan pourrait connaître l'actuel climat de Bordeaux. Conséquence : des cultures qui devront aussi s'adapter dans les champs. Bientôt, au-delà des traditionnelles maisons construites en pierre au bord de l'eau, de nombreuses vignes pourront également faire leur apparition dans la région. Elles pourront pousser un peu partout, y compris tout près de l'océan. La Bretagne ne serait alors plus connue seulement pour son cidre, mais aussi pour son vin. 

Aujourd'hui, la région ne compte que 200 hectares de vignes. Mais sous l'effet du réchauffement climatique, la première cuvée professionnelle a pu voir le jour en 2022. Et chaque année, de nouveaux pieds sont plantés, notamment du Chardonnay ou du Pinot gris, au goût prometteur. "Le fait que les températures augmentent accroît le taux de sucre dans le raisin, et donc, du même fait, le potentiel alcoolique, précise Valérie Bonnardot, maîtresse de conférences en géographie à l'université Rennes II et spécialiste de la question. En même temps, cela va réduire l'acidité. C'est cet équilibre entre le taux de sucre et l'acidité qui est recherché."

Le retour des haies entre les cultures

Aussi étrange que cela puisse paraître, dans nos campagnes, le territoire de demain pourrait ressembler à celui d'il y a 70 ans. Finis les grands champs géométriques : face aux sécheresses et aux inondations, les haies devraient faire leur grand retour. Elles pourront même pousser directement dans les cultures, au milieu du blé ou du maïs. De cette manière, dans un champ expérimental à Prades-le-Lez (Hérault), près de Montpellier, les chercheurs étudient depuis trente ans les bienfaits des noyers pour les plantations à leurs pieds. 

"Ça permet de modifier le climat de manière très favorable pour les cultures, résume Christian Dupraz, un des scientifiques participant à cette étude. On a beaucoup moins de vent, on a beaucoup moins de températures extrêmes. Ça permet aux plantes d'avoir moins de difficultés à pousser." Au niveau du sol, l'influence des noyers peut aussi avoir son importance. En effet, leurs racines sont beaucoup plus profondes que celles des cultures. Ainsi, les arbres peuvent aller récupérer beaucoup plus en profondeur des éléments nutritifs indispensables pour ce qui poussera en surface. Autre avantage : 25% d'eau peuvent aussi être économisés grâce à l'apport des arbres via cette pratique. 

Tous ces changements de nos paysages de campagne ne sont pas de la fiction, mais des prévisions. Les scientifiques assurent que celles-ci évolueront en fonction de l'ampleur du réchauffement climatique, lui-même dépendant, avant toute chose, du comportement de la population humaine sur Terre. 


T.A. | Reportage : Matthieu DESMOULINS, Antoine POCRY et Alix PONSAR

Tout
TF1 Info