Le 20h

VIDÉO - Orque perdue dans la Seine : "On a affaire à un animal malade"

La rédaction de TF1info | Reportage D. Araujo, C. Souhaut, S. Humblot
Publié le 26 mai 2022 à 10h56, mis à jour le 26 mai 2022 à 12h03
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Une orque de plus de quatre mètres nage dans la Seine.
En quelques jours, le cétacé a été aperçu à plusieurs reprises entre le Havre et Rouen.
L'animal peut-il retrouver son chemin ? Est-il en danger ?

Elle est comme un mirage en plein milieu de la Seine. Sur des images tournées mercredi 25 mai au soir au Trait, en Seine-Maritime, et diffusées par le 20H de TF1 dans le reportage en tête de cet article, on peut voir l'aileron d'une orque perdue et en grande difficulté, hors de son habitat naturel. Car le cétacé nage dans une eau douce à 30 km de Rouen, quand il évolue d'ordinaire dans les eaux salées des océans. 

Pour les quelques privilégiés qui ont vu le spectacle, c'est un moment unique. "C'est impressionnant. C'est plutôt rare qu'on voie ça dans la Seine. C'est la première et peut-être la dernière fois que je vois ça", souligne un homme face à notre caméra.

"Il a la nageoire dorsale pliée et il est très amaigri"

Ce mammifère marin de quatre mètres a été aperçu pour la première fois le 16 mai dernier à Honfleur (Calvados) avant de dériver loin de son groupe vers Tancarville, puis vers l'intérieur de la Normandie, jusqu'en Seine-Maritime. Ces derniers jours, des pêcheurs l'ont vu et filmé depuis leur bateau. Mais, ils n'avaient pas réalisé que l'animal, désorienté, court un grand danger. 

Ce que nous explique Nicolas Ampen, directeur régional adjoint Normandie de l'Office français de la biodiversité (OFB) : "Il a la nageoire dorsale pliée, ce qui est plutôt un signe de mauvaise santé chez les orques. Il est très amaigri. Ce qui semble montrer qu'on a affaire à un animal malade", estime le spécialiste.

Toute la journée de mercredi, quelques dizaines de curieux, inquiets pour l'animal, ont tenté de l'apercevoir avec un espoir, résumé par une passante : "Qu'elle s'en sorte. Et par elle-même. Mais elle est paumée ici, je pense que c'est mal parti si elle est remontée si loin que ça"

L'orque ne peut compter à présent que sur elle-même. Les services de l'État, eux, demandent aux riverains, ainsi qu'aux bateaux, d'éviter de s'en approcher pour ne pas l'effrayer davantage.


La rédaction de TF1info | Reportage D. Araujo, C. Souhaut, S. Humblot

Tout
TF1 Info