Yann Wehrling démis de ses fonctions : sale temps pour les ambassadeurs pour le climat

Caroline Quevrain
Publié le 10 juin 2021 à 18h10, mis à jour le 11 juin 2021 à 10h07
Yann Wehrling, démis de ses fonctions d'ambassadeur à l'environnement

Yann Wehrling, démis de ses fonctions d'ambassadeur à l'environnement

Source : LOIC VENANCE / AFP

MISSIONS - Pour avoir apporté son soutien à Valérie Pécresse aux régionales, l’ambassadeur à l’environnement Yann Wehrling a été démis de ses fonctions par l’exécutif. Un remerciement qui n’est pas le premier chez les représentants du climat à l’international.

Depuis mercredi 9 juin, l’environnement n’a plus d’ambassadeur français. En poste depuis décembre 2018, Yann Wehrling a été écarté par Emmanuel Macron après avoir affiché son soutien à la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse, candidate à sa réélection. Prévenu le 31 mai dernier par le ministère des Affaires étrangères, le conseiller régional d’Ile-de-France, passé à Europe Écologie Les Verts puis au MoDem, s’est alors fendu d’une réponse en images. 

Celui qui se présente également comme illustrateur a publié mercredi soir sur son compte Twitter une planche de bande dessinée, sur laquelle figure un bateau dénommé "Majorité présidentielle" et abandonné au fil des années par plusieurs figures écologistes. "Je n’ose imaginer qu’une telle décision ait pu être motivée par des considérations partisanes et politiciennes", a réagi Yann Wehrling dans un communiqué plus traditionnel. 

Les pôles laissés vacants dix mois

Sa mission, qui consistait à défendre la biodiversité de la France à travers le monde, est, pour l’heure, vacante. Avec cette éviction, c’est un nouveau domaine environnemental qui se trouve dépourvu d’ambassadeur, le dernier en date étant celui des pôles Arctique et Antarctique, laissé vacant pendant près de dix mois. Celui-ci fut géré par Ségolène Royal entre décembre 2018 et janvier 2020 avant que l’ancienne ministre de l’Environnement ne soit limogée pour ses positions critiques envers le gouvernement et l’ouverture d’une enquête concernant l’utilisation douteuse du budget alloué à sa mission. Après plusieurs mois, le poste consistant à sensibiliser autour de la fonte des glaces a finalement trouvé un remplaçant en novembre dernier en la qualité d'Olivier Poivre d'Arvor, écrivain et diplomate nommé "ambassadeur des pôles et des enjeux maritimes". 

Lire aussi

En revanche, les négociations pour le climat, qui furent chapeautées par Laurence Tubiana en 2015 et qui ont mené à la conclusion de l’Accord de Paris, n'existent tout simplement plus. L’économiste n’a pas été remplacée après cette réussite, malgré l’ambition climatique promise par la France et la tenue prochaine de la COP26 à Glasgow, qui s’annonce cruciale. À la fin de l’année, les 195 pays devront rehausser de manière officielle leurs engagements pris cinq ans plus tôt, dans le cadre de l’Accord de Paris. Le sujet du climat en tant que tel garde toutefois un ambassadeur, en la personne de Stéphane Crouzart, nommé en octobre dernier. Succédant à Brigitte Collet devenue ambassadrice de France au Brésil, le diplomate est ainsi chargé "des négociations sur le changement climatique, pour les énergies renouvelables et la prévention des risques climatiques", selon sa nomination au Journal Officiel.


Caroline Quevrain

Tout
TF1 Info