Bac 2017 : une élève voilée dénonce des fouilles abusives avant le passage de son épreuve

Charlotte Anglade
Publié le 22 juin 2017 à 14h31
Bac 2017 : une élève voilée dénonce des fouilles abusives avant le passage de son épreuve

POLÉMIQUE - Randa est scolarisée dans un lycée hors contrat qui autorise le port du voile. Mais pour passer ses épreuves, elle a dû se rendre dans un lycée public. Elle dénonce y avoir été fouillée, comme six de ses camarades, de manière, selon elle, abusive. L'académie de Paris a démenti ces affirmations.

En sortant de ses épreuves du bac, Randa s’est rendue, comme beaucoup d’autres de ses camarades, sur les réseaux sociaux. Pourtant, le teneur de ses tweets n’a rien à voir avec ceux qui foisonnent sur Twitter, accompagnés du hashtag #bac2017. En classe de première, la jeune fille qui passait ses examens voilée a dénoncé le 19 juin dans une série de tweets des fouilles abusives avant son entrée dans la salle d’examen.

Inscrite dans un lycée hors contrat autorisant le port du voile, le lycée Méo high school (MHS), elle a été convoquée au lycée Victor Hugo, un établissement public du IIIe arrondissement de Paris. La lycéenne explique avoir été obligée de quitter la salle pour une fouille corporelle alors que l’épreuve était sur le point de commencer. Elle et d’autres filles voilées provenant de son établissement ont dû "retirer les voiles" et détacher leurs cheveux pour les secouer, "retirer les gilets" et "soulever les robes pour vérifier les jambes et les fesses". Une situation qu’elle qualifie d’humiliante, "sachant que personne d’autre n’a été fouillé malgré gilets, vestes, cheveux attachés, sarouels et robes".

"Elles avaient le droit de venir voilées"

Lire aussi

Contactée par le Figaro, la directrice de leur établissement est en colère. Pour elle, "il y a une rupture d’égalité avec les autres élèves". Hanane Loukili indique qu’au total, sept élèves ont été concernées par ces fouilles. Elle assure vouloir "montrer un dossier" pour ne pas laisser cette affaire sans suite.

De son côté, l’académie de Paris contredit la version des élèves. "La cheffe d’établissement nous a raconté la façon dont cette vérification s’est déroulée sans aucune ambiguïté. Les élèves n’ont opposé aucun obstacle. Elles sont allées dans une salle annexe. Il n’y a eu aucune injonction d’enlever des vêtements, de secouer les cheveux ou de soulever leurs robes. Elles ont tout de suite enlevé leur voile, et l’une d’entre elle a pris l’initiative de soulever sa robe, geste qui a ensuite été imité par ses camarades. Il n’y en aucun cas eu d’ordre de le faire", assure-t-on au Figaro. L’académie confirme en revanche que les élèves avaient bien le droit de venir voilées pour passer leur examen, venant d’un établissement hors contrat.

Retrouvez plus d'actualités sur le bac 2017 sur notre page dédiée.


Charlotte Anglade

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info