FAIT DIVERS - Vendredi dernier à Lyon, un enfant de deux ans et demi est parvenu à quitter son école durant les activités périscolaires. Il est alors retourné chez lui puis est ressorti pour faire un tour de trottinette. Il a finalement été récupéré par les vigiles d'un centre commercial.

"L’angoisse n’a pas duré longtemps, mais ça m’a semblé une éternité." Une semaine plus tard, la mère du garçonnet est encore sous le choc. Vendredi dernier, rapporte le journal Le Progrès dans son édition du 17 octobre, son fils de deux ans et demi, scolarisé en petite section de maternelle au sein de l'école Germaine-Tillion (2e arrondissement), est arrivé à quitter seul l'établissement durant les activités périscolaires gérées par la MJC Presqu’Ile-Confluence, parvenant ainsi à échapper à la vigilance des animateurs.

"Quand je suis arrivée peu après 16h30, mon fils était introuvable. Une encadrante m’a dit qu’ils l’avaient laissé partir car il se trouvait à côté d’une femme qu’ils ont confondue avec moi", raconte la maman. En réalité, le bambin est parvenu à retourner chez lui. Trouvant porte close, il a alors récupéré sa trottinette qui se trouvait sur le palier puis est ressorti sous la pluie pour faire un tour.

Son escapade a duré une grosse demi-heure et n'a heureusement pas viré au drame : elle s'est finalement achevée au niveau du centre commercial Confluence, à quelques encablures de son école. L'enfant a alors été repéré par des vigiles, qui ont prévenu sa mère. Laquelle compte porter plainte.

La Ville embarrassée

"J’ai retiré mon fils du périscolaire comme deux autres parents d’élèves de sa classe et je le garderai dorénavant à la maison le vendredi après-midi, affirme-t-elle dans les colonnes du quotidien régional. Je ne dis pas que je ne le remettrai plus, mais pour l’instant rien n’a bougé. Ils disent qu’ils sont en sous-effectif, qu’ils n’ont pas assez de moyens. Pour l’heure, la sécurité des enfants n’est pas assurée."

La Ville de Lyon, elle, décline toute responsabilité, mais est forcément embarrassée. Un point presse a même été organisé au pied levé ce vendredi en fin de matinée pour revenir sur cette affaire. "C'est un incident majeur, reconnaît Anne Brugnera, adjointe au maire en charge de l'Education. Nous avons été immédiatement informés de ce qui s'était passé. L'enfant va bien, mais sa mère a forcément eu une peur immense. De nouvelles mesures de sécurité vont être mises en place, et nous ferons un premier bilan de cette réforme à la rentrée des vacances de la Toussaint."


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info