Affaire des parkings : l'ex-premier adjoint au maire de Nice en garde à vue

Le service METRONEWS
Publié le 15 décembre 2014 à 18h11
Affaire des parkings : l'ex-premier adjoint au maire de Nice en garde à vue

FAIT DIVERS - Le conseiller municipal et général Benoit Kandel est en garde à vue dans les locaux de la PJ de Nice, qui enquête sur la gestion de la Société d'économie mixte intercommunale pour l'amélioration de la circulation et du stationnement qu'il présidait. Son ancien directeur général, Henri Alonzo, est également entendu dans cette affaire.

Depuis 14 h 40 ce lundi après-midi, Benoît Kandel, ex-premier adjoint au maire de Nice, aujourd'hui élu d'opposition, est en garde à vue dans les locaux de la police judiciaire de Nice, indique à metronews une source policière. C'est en qualité d'ancien président de la Semiacs (Société d'économie mixte intercommunale pour l'amélioration de la circulation et du stationnement), qui gère dix-neuf parkings à Nice, que Benoît Kandel est interrogé.

Quatre autres personnes sont également en garde à vue dans cette affaire : Henri Alonzo, l'ex-directeur général de la Semiacs, déjà condamné fin 2013 à un an de prison ferme pour des agressions sexuelles sur des salariés, Thomas Ouillon, qui est le gendre d'Henri Alonzo et l'ex-numéro 2 de la société, ainsi que deux chefs d'entreprise.

Recrutements et marchés publics

Les enquêteurs de la brigade financière de la police judiciaire de Nice s'intéressent aux conditions de recrutement d'Henri Alonzo et de son gendre. Ils auraient "bénéficié de promotions rapides au sein de la société", selon un enquêteur.

Les policiers cherchent également des éclaircissements sur les conditions de passation de certains marchés publics concernant l'aménagement des parkings et le stationnement intelligent. Ils ont des soupçons sur le choix des sociétés retenues et des éventuelles contreparties, qui si elles étaient avérées pourraient constituer des faits de corruption.

Ces gardes à vue interviennent après des mois d'enquête. Le 11 février dernier, les policiers de la brigade financière avaient longuement perquisitionné au siège de la Semiacs, boulevard Raimbaldi à Nice.


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info