Aix : à la découverte de "l’un des plus grands gisement d’œufs de dinosaure du monde"

Le service METRONEWS
Publié le 25 juin 2015 à 12h32
Aix : à la découverte de "l’un des plus grands gisement d’œufs de dinosaure du monde"

PALEONTOLOGIE - Pendant un mois, le muséum d’histoire naturelle d’Aix en Provence a mené des fouilles dans le secteur de la montagne de la Sainte-Victoire pour tenter de mieux comprendre la présence des dinosaures dans ce secteur il y a des millions d’années. Reportage

D’un geste sûr et délicat, Eric nettoie, extrait, gratte des centimètres de couche d’argile au pied de la montagne Sainte-Victoire . Sous un soleil de plomb, le travail demande de la patience. Mais au terme d’un mois de fouilles, le résultat est exceptionnel. Sous les yeux du paléontologue, 6 œufs de Rhabdodon, ensevelis il y a près de 75 millions d’années retrouvent la lumière. "C’est toujours une émotion incroyable, même si on s’attendait à en trouver", assure-t-il le visage perlé de sueur.

Une demi-surprise pour le chercheur car ce site est "l’un des plus grands gisements d’œufs de dinosaure au monde", ajoute à ses côtés Thierry Tortosa, docteur en paléontologie. Une sorte de "Jurrasic Parc provençal" abritant en son sol des millions d’œufs déposés à cet endroit pour une raison bien particulière. "Durant le crétacé, la zone était très humide. On suppose que les dinosaures y trouvaient une facilité pour la ponte. D’autant que l’humidité masquait les odeurs pour ne pas attirer les prédateurs", explique-t-il.

"Ici on marche sur des œufs"

Au terme d’un mois de fouilles sur les collines argileuses, les équipes du  Muséum d’histoire naturelle d’Aix-en-Provence , pilote du projet, ont localisé une poignée de zones de ponte. "Et il y en a bien d’autres, car ici on marche sur des œufs", rigole Thierry Tortosa, encore médusé par sa dernière découverte dans une ravine. Prisonniers d’un amas de roches, des os ont été extraits. "Ça, ce sont des vertèbres", décrit le regard émerveillé le docteur en paléontologie ouvrant une mallette remplie de fragments.

"La question est de savoir s’ils appartiennent à la même espèce", précise-t-il avant de refermer délicatement la boîte. De retour dans son laboratoire, il pourra commencer l’étude de ces fragments afin de reconstituer le squelette du dinosaure découvert. "C’est très prometteur, avance-t-il car il y a beaucoup de choses à dire". Même si les premières traces de dinosaures dans le secteur ont été découvertes au XIXe siècle, "les recherches sur les dinosaures de Provence ne font que commencer", annonce Thierry Tortosa.

EN SAVOIR + :
>>> La fin des dinosaures : une météorite géante et des pluies acides
>>> Découverte d'une nouvelle espèce de dinosaure probablement capable de voler
>>> Box-office : "Jurassic World" (déjà) en route pour le milliard


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info