Arras : ivre, elle agresse sexuellement deux plombiers

Le service METRONEWS
Publié le 11 décembre 2014 à 11h41
Arras : ivre, elle agresse sexuellement deux plombiers

JUSTICE – Le tribunal d'Arras a condamné, mardi, une quinquagénaire alcoolique à douze mois de prison avec sursis. En octobre 2013, elle avait harcelé sexuellement deux plombiers dans son immeuble et frappé l'un deux.

Le fameux "sourire du plombier" a encore fait des ravages. Une femme d’une cinquantaine d’années a été condamnée mardi à douze mois de prison avec sursis, par le tribunal d'Arras, pour une agression sexuelle contre deux plombiers.

Tout avait pourtant bien commencé en cette journée d'octobre 2013, à Arras. Des ouvriers s'affairent à des travaux de plomberie dans les parties communes d'un l'immeuble. Mais l'histoire dérape lorsque ceux-ci ont la mauvaise idée d'entrer dans un appartement... La propriétaire a des problèmes de chauffage.

"Viens dans mon lit !"

Selon  La Voix du Nord , la femme est totalement ivre. Tandis que l'un des ouvriers débute la réparation, la dame se fait graveleuse.  Elle scrute son postérieur puis n'hésite pas à lui caresser le dos par surprise, tout en lui faisant une proposition indécente : "après avoir décroché les radiateurs, viens dans mon lit !". 

Vexée par son refus, elle demande alors des explications au second plombier, puis ferme les volets et réitère ses demandes de façon de plus en plus vulgaire. C'est alors qu'elle frappe l’un des eux à l’oreille, avant de s’enfermer dans son appartement avec leur matériel. Les deux plombiers arrivent à prendre la fuite. Finalement, la police viendra l'interpeller et récupérer les outils le lendemain et le concierge recevra au passage une claque.

"Je suis alcoolique depuis quinze ans. Un alcoolisme intime et solitaire", a-t-elle expliqué devant le tribunal, avant de présenter des excuses. "Je n’ai pas eu un comportement normal ce jour-là. J’ai fait un burn-out", a-t-elle plaidé. Affirmant avoir sombré encore plus dans l'alcool après les faits, la quinquagénaire a assuré avoir arrêté de boire et entamé une formation. Le tribunal l'a également condamnée à une obligation de soins et à verser 1 000 euros de dommages et intérêts.


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info