Attentats de Paris : des fausses victimes condamnées à six et trois ans de prison

La rédaction de LCI
Publié le 8 décembre 2016 à 18h38
Attentats de Paris : des fausses victimes condamnées à six et trois ans de prison

AFFABULATION - Un couple résidant à Cannes a été condamné ce jeudi à 6 et 3 ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Grasse (Alpes-Maritimes). Ils avaient touché 60.000 euros d'indemnités après avoir prétendu avoir été présents près du stade de France.

Ce sont les plus lourdes peines jamais prononcées dans ce type de dossier. Un couple de fausses victimes des attentats de Paris a été condamnée ce jeudi à six ans et trois ans ferme par le tribunal correctionnel de Grasse (Alpes-Maritimes), comme le rapporte Nice-Matin.

Ces deux concubins, domiciliés à Cannes, âgés lui de 36 ans et elle de 29 ans et parents de deux enfants de 6 et 7 ans, ont reconnu les faits devant le tribunal. Ils avaient indiqué avoir été présents le soir du 13 novembre près du Stade de France, à Saint-Denis. La prévenue avait notamment soutenu avoir été "soufflée" par une explosion lors de l'attentat. Ils avaient, par la suite, touchés 30.000 euros d’indemnisation chacun soit 60.000 euros au total.

Vous avez détourné le prix de la douleur et du sang

Roland Rodriguez, avocat de la partie civile

Pour leur défense, ils ont expliqué avoir des dettes à rembourser et ont reconnu avoir dépensé la totalité des sommes perçues. "Comment en tant que citoyen, homme, femme, magistrat, ne pas être gagné par l'écoeurement face à un tel comportement ?" a commenté le procureur de Grasse.

"Vous avez détourné le prix de la douleur et du sang", a asséné Roland Rodriguez, avocat de la partie civile, représentant le Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme (FGTI) à qui les deux prévenus devront payer chacun 30.000 euros de dommages et intérêts.

Les deux escrocs ont été démasqués lorsqu'ils ont, de nouveau, déposé une demande d'indemnisation après l'attentat de Nice le 14 juillet. Le FGTI avait alors saisi les services de police. L'enquête menée a pu établir, notamment à partir de 

témoignages, que le soir du 13 novembre, ils étaient en réalité ensemble à Antibes, et non à Paris comme ils le prétendaient.

JT WE – Attentats de Paris : l’émouvante journée d’hommage aux victimes du 13 novembre Source : JT 20h WE
Cette vidéo n'est plus disponible

La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info