Bewe, la start-up lilloise qui gère la communication 2.0 des entreprises

Le service METRONEWS
Publié le 15 décembre 2014 à 10h52
Bewe, la start-up lilloise qui gère la communication 2.0 des entreprises

INNOVATION – Dans la pépinière d'Euratechnologies, la start-up lilloise Bewe travaille au futur visage des entreprises. Car dans peu de temps, assure son patron, elles communiqueront essentiellement grâce aux réseaux sociaux. Rencontre.

En entreprise, la communication par mail va finir par disparaître. Cette prophétie, c'est Xavier Gendron, le patron de Bewe qui l'affirme. La start-up, installée à la pépinière Euratechnologies à Lille , s'est spécialisée dans la communication des entreprises. "Aujourd'hui, la recherche d'information se passe essentiellement sur les réseaux sociaux, décrypte-t-il. Le réseau est partout dans la sphère privée, énormément de monde est inscrit à au moins un réseau social. En entreprise, à part dans les grosses structures, c'est différent."

Une anomalie à laquelle cette start-up nordiste veut mettre fin en accélérant la transformation numérique des sociétés de taille moyenne. "L'avenir, c'est d'échanger les informations via des applications ou des réseaux spécialisés, poursuit Xavier Gendron. Cela facilite la communication en interne comme en externe. D'ici à cinq ans cette pratique sera la norme, il faut s'y préparer dès aujourd'hui."

Jusqu'à une heure de gagnée par jour

Visionnaire, Bewe ne se contente pas d'imaginer une nouvelle façon de travailler. "Notre mission s'effectue en trois temps : on pose le diagnostic propre à l'entreprise, nous déployons la technologie adéquate et, enfin, nous formons les employés à son utilisation." En créant des communautés de personnes concernées par un même dossier, Bewe estime pouvoir faire gagner entre une demie-heure et une heure par jour à chaque entreprise. Et comme le temps c'est de l'argent....

En plein développement, l'entreprise a été lauréate du réseau Entreprendre Nord lors du dernier salon Créer en septembre. Mais Xavier Gendron et son équipe ne veulent pas s'arrêter là. " Aujourd'hui nous sommes cinq, mais nous allons embaucher, explique-t-il. Et nous voulons nous étendre dans les grandes métropoles françaises." 


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info