Bon plan : échangez des gardes d'enfants avec d'autres parents !

Le service METRONEWS
Publié le 4 décembre 2014 à 14h09
Bon plan : échangez des gardes d'enfants avec d'autres parents !

CONSOMMATION COLLABORATIVE - Comment faire garder ses enfants sans moyens financiers et sans relais familiaux ? De plus en plus de parents ont recours à des sites Internet qui les mettent en relation avec d’autres parents. Comme happysharing.fr, qui a été lancé cette semaine.

Grâce à la Toile, se rendre service entre voisins ou habitants d’un même quartier est beaucoup plus facile. A côté de sites qui proposent de partager sa machine à laver ou sa trousse à outils fleurissent des initiatives pour échanger des gardes d’enfants entre parents, tels que troctagarde.com, lagarderie.fr ou parentspresdechezvous.com . Le dernier-né d’entre eux, ’ Happy Sharing ' (le “partage heureux”), qui a lancé cette semaine son site Internet, veut permettre à des familles de faire des économies tout en favorisant le lien social entre parents d’un même quartier.

Judicieuse entreprise, alors que la crise économique frappe de plein fouet les familles et que le coût d’un baby-sitting est d’une dizaine d’euros de l’heure. En quelques clics, on remplit son profil en précisant notamment l’école de son enfant. On peut ensuite proposer une garde en indiquant les jours et heures où l’on est disponible, et consulter les gardes proposées. A terme, quand il y aura assez d’inscrits, le site espère pouvoir mettre en relation des parents d’une même école. Pour l’instant, Happy Sharing ne compte que quelques dizaines d’inscrits, principalement dans Paris centre.

“Sens du partage”

La cible : les familles de classe moyenne à budget “restreint” et les familles monoparentales, la plupart des mères élevant seules leurs enfants. Au début des années 2000, elles étaient environ 1,7 million, dont près de la moitié ont moins de 719 € de revenu disponible mensuel.

Nathalie Tshiamala, la fondatrice d’Happy Sharing, est elle-même une maman élevant seule son fils de cinq ans. Titulaire d’un simple bac littéraire, cette travailleuse précoce, qui a monté sa première entreprise à 21 ans, nous explique avoir eu envie avec Happy Sharing de montrer à son enfant “le sens du partage” et d’agrandir le cercle créé avec les parents de son quartier. C’est pour cela que le site souhaite aussi proposer aux membres du réseau de partager des loisirs, comme du skateboard ou des cours d'anglais, les deux activités déjà disponibles.

C’est ce qui fait, selon Nathalie Tshiamala, la différence avec ses concurrents, et notamment l’association et site Internet troctagarde.com , qui compte une communauté de plus de 2.600 personnes. Ses membres acquièrent des points en s’occupant des enfants des autres, lesquels leur permettent ensuite d’accéder à des gardes gratuites. Le tout moyennant 12 euros d’inscription annuelle. Les frais s’élèvent chez Happy Sharing à 23 euros par an, mais vous pouvez vous inscrire gratuitement jusqu’au 15 décembre.


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info