Canicule à Lyon : les urgences tentent de faire face

Le service METRONEWS
Publié le 6 juillet 2015 à 17h21
Canicule à Lyon : les urgences tentent de faire face

SANTE – La région Rhône-Alpes et la ville de Lyon en particulier sont actuellement touchées par une vague de chaleur particulièrement forte. Le Samu et les urgences sont donc bien plus sollicités que d'ordinaire.

Ces derniers jours, les thermomètres de la région Rhône-Alpes ont explosé. En particulier à Lyon, ou des températures dépassant parfois les 40 °C ont été enregistrées ce week-end. Alors, forcément, le personnel hospitalier est lui aussi mis à rude épreuve et doit faire face. Jusqu'à ce samedi, les choses étaient tout à fait calmes en termes de canicule dans la région Rhône-Alpes et à Lyon. Mais nous avons constaté une augmentation de l'activité d'environ 25 % au niveau du nombre d'appels au Samu. Entre 20 % et 40 % des appels concernent la canicule, explique Pierre-Yves Gueugniaud, responsable du pôle urgences de l'hôpital Edouard-Herriot , et directeur du Samu de Lyon. Parallèlement, l'activité a augmenté aux Urgences avec 30 % des patients présentant des problèmes liés à la canicule, en particulier des déshydratations chez les personnes âgées ou fragiles."

Fort heureusement, le nombre de cas jugés "graves" demeure très faible. "Nous avons à déplorer deux cas d'hyperthermie maligne à Lyon, un cas à Grenoble et un autre à Annecy. Ce sont par exemple des jeunes sportifs. Dans le cadre de cette canicule, il faut très clairement éviter de faire des efforts sportifs trop importants en plein soleil."

Un "faible" nombre de lits

L'hyperthermie maligne peut en effet provoquer des complications qui peuvent s'avérer mortelles en quelques heures. Pour l'heure, aucun décès n'a en lien avec les très fortes chaleurs n'ont été déplorées dans la région. "Le phénomène caniculaire doit prendre fin mercredi, et pourrait peut-être refaire son apparition en fin de semaine à Lyon, annonce Marisol Touraine, ministre de la Santé présente à l'hôpital Edouard-Herriot ce lundi après-midi. Nous ne sommes qu'au début de l'été, et d'autres phases pourraient survenir. Concernant la mortalité, nous ferons un bilan un peu plus tard", a-t-elle ajouté.

Selon la ministre, la situation est actuellement "sous contrôle" dans les différents hôpitaux de la capitale des Gaules. Le problème, toutefois, est de trouver des lits pour les patients nécessitant d'être hospitalisés. "Leur nombre commence à être faible, reconnaît Pierre-Yves Gueugniaud. Nous avons des difficultés pour hospitaliser les patients, en particulier les personnes âgées."

A LIRE AUSSI >> Dans le nouveau centre de réception des appels du Samu du Rhône
 


Le service METRONEWS