Ce que l'on sait de l'agression des militaires à Nice

Le service METRONEWS
Publié le 3 février 2015 à 18h30
Ce que l'on sait de l'agression des militaires à Nice

TERRORISME - L'auteur de l'attaque au couteau de trois militaires dans le centre-ville de Nice avait été refoulé à son arrivée en Turquie et entendu à son retour en France par la DGSI.

Ce n'est pas un inconnu qui a blessé les trois militaires basés à Hyères et déployés devant un centre communautaire juif de Nice, ce mardi à 14 heures. Agé d'une trentaine d'années et originaire de la région parisienne, l'homme, qui a été interpellé immédiatement, avait sur lui une pièce d'identité au nom de Moussa Coulibaly (l'orthographe du nom n'a pas été confirmée mais l'individu n'a pas de lien avec le terroriste de Montrouge et de la porte de Vincennes).

La police des frontières sur ses talons

A sa descente du tramway à la station Masséna, il a frappé violemment, avec une arme à lame longue, un premier militaire patrouillant à quelques mètres de là. Blessée à la pommette gauche, la victime a été évacuée par les pompiers vers l'hôpital Saint-Roch. Deux autres militaires ont neutralisé l'agresseur. L'un a été légèrement blessé à un avant-bras et transporté aux urgences, l'autre n'a pas eu besoin d’une prise en charge. Les deux victimes sont sorties indemnes de l'hôpital quelques heures plus tard.

EN SAVOIR + >> Qui est Moussa Coulibaly, l'agresseur de Nice ?

Quant à leur agresseur, il s'agirait du même individu que celui refoulé la semaine dernière à son arrivée en Turquie, et entendu à son retour en France par des agents de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). "Cet homme avait attiré l'attention de la police aux frontières [PAF] à Ajaccio le 28 janvier car il avait pris un aller simple pour la Turquie", a expliqué un proche de l'enquête.

Connu pour des violences et des vols

L'homme avait donc été signalé par la DGSI aux autorités turques qui l'ont refoulé. "A son retour, il a été entendu par la DGSI mais son entretien administratif n'a pas permis de recueillir d'informations suffisantes pour judiciariser son dossier", poursuit cette source. Les enquêteurs procédaient dans la soirée de mardi à une perquisition à son domicile situé à Mantes-la-Jolie, en région parisienne.

EN SAVOIR + >> Trois militaires agressés à l'arme blanche

Sur les lieux de l'agression, en milieu d'après-midi, Marcel Authier, le directeur départemental de la sécurité publique, a indiqué que l'individu était "connu des services de police pour des faits délictuels dans le passé". Selon une autre source, il s'agit de "violences sur personne dépositaire de l'autorité publique et [de] vols aggravés" commis à Mulhouse.

François Hollande a condamné "avec la plus grande fermeté" cette agression et envoyé aux militaires ses vœux de rétablissement. Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, et Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, doivent se rendre sur place dans la soirée.


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info