Chute mortelle du 7e étage à Lyon : la thèse de l'accident privilégiée

Publié le 30 septembre 2014 à 11h11
Chute mortelle du 7e étage à Lyon : la thèse de l'accident privilégiée

FAIT DIVERS – Samedi soir à Lyon, une femme avait chuté du 7ème étage de son immeuble et était morte des suites de ses blessures le lendemain. Un homme de 31 ans avait été placé en garde à vue. Il a été mis hors de cause.

Un accident. Voilà les premières conclusions de l'enquête menée par la Sûreté départementale du Rhône dans l'affaire de la chute mortelle d'une jeune femme de 20 ans samedi soir dans le VIIème arrondissement de Lyon. Vers 22 heures 30, la victime était tombée du septième étage de son immeuble situé rue Bancel.

Très gravement blessée, elle avait été transportée dans un état critique à l'hôpital et était décédée dans la journée de dimanche. Très vite, un homme de 31 ans avait été placé en garde à vue. Après les investigations des policiers, celui-ci vient d'être mis hors de cause. L'homme se trouvait en effet avec des amis au restaurant au moment des faits.

Antécédents psychiatriques

Un alibi solide confirmé par plusieurs personnes. Par ailleurs et selon le journal Le Progrès , l'autopsie de la victime n'a révélé aucune trace de lutte ou de lésions indiquant que la jeune femme ait été jetée dans le vide. Les tests sanguins ont en revanche révélé qu'elle avait ingéré une grande quantité d'alcool.

La jeune femme avait par ailleurs des antécédents de problèmes psychiatrique, et aurait pu faire une crise sous l’effet conjugué de difficultés sentimentales, de l’alcool et, peut-être, de médicaments. Ce qui pourrait par exemple expliquer qu'elle ait crié le nom de son compagnon à plusieurs reprises avant le drame. Enfin, les constatations ont permis d’établir que la victime tournait le dos au vide quand elle a basculé du septième étage, ce qui renforcerait la thèse selon laquelle elle serait tombée accidentellement.
 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info