Coup de filet dans des boulangeries azuréennes

Le service METRONEWS
Publié le 6 juin 2014 à 10h07
Coup de filet dans des boulangeries azuréennes

FAIT DIVERS - Les gendarmes ont opéré cette semaine une vaste opération dans une dizaine d’établissements et interpellé huit personnes suspectées de blanchiment et de travail dissimulé.

Ces boulangers-là semblent bel et bien dans le pétrin. A l'issue d'une vaste opération menée par les gendarmes dans des boulangeries de Nice, Antibes, La Turbie et Saint-Jeannet, huit personnes ont été interpellées cette semaine. Suspectées de blanchiment de fraudes fiscales et sociales et de recel de blanchiment, mais aussi de travail dissimulé, elles ont été placées en garde à vue.

Ce mercredi, une soixantaine de gendarmes et deux équipes cynophiles avec des chiens renifleurs de billets de banque sont en effet intervenus dans une dizaine d'établissements. La gestion comptable de leurs gérants est au cœur de l'enquête.

Au moins 100 000 euros par mois auraient ainsi été ôtés du chiffre d’affaire réel de ces boulangeries, selon le quotidien Nice-Matin. Le procureur pourrait placer ces entreprises sous administration judiciaire afin de poursuivre l’enquête. Les suspects devraient être mis en examen aujourd'hui, suite à leurs quarante-huit heures de garde à vue.

Après ce coup de filet, la plupart de ces commerces ont rouvert leurs portes. Les neuf établissements appartiennent au même propriétaire et le groupe compte plusieurs dizaines d’employés, précise Nice-Matin.

Plusieurs mois d’enquête

C’est le Groupe d’intervention régional de Nice (GIR) qui a d’abord tiré la sonnette d’alarme. Leurs spécialistes en droit fiscal et pénal se sont intéressés il y a plusieurs mois à ce groupe de boulangeries. La cellule de lutte contre le travail illégal et les fraudes des Alpes-Maritimes, créée en novembre 2013, a ensuite pris le relais jusqu’à monter l’opération de mercredi. Les suspects risquent jusqu’à dix ans d’emprisonnement.
 


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info