Coup de théâtre : le projet de la gare du Sud ressurgit

Le service METRONEWS
Publié le 17 novembre 2014 à 13h19
Coup de théâtre : le projet de la gare du Sud ressurgit
L'essentiel

URBANISME - Le maire de Nice a annoncé ce lundi que le projet initial d'aménagement du quartier de l'ancienne gare des chemins de fer de Provence se fera : le recours de Jean-Claude Mari, ancien conseiller municipal de l'Entente républicaine de Jacques Peyrat, ayant été retiré.

"Un dernier rebondissement" pour la gare du Sud. C'est Christian Estrosi qui l'annonce ce lundi midi : Jean-Claude Mari s'est désisté, il n'y a plus de recours contre le projet initialement retenu. Les travaux vont pouvoir commencer dès le 25 novembre !"

La veille, le conseil municipal de Nice votera la vente des terrains pour un euro symbolique à Icade, la société chargée de réaliser le fameux parking souterrain de 700 places, de remonter la halle de la gare et de créer un multiplexe de neuf salles et 265 logements. "Toutes les dispositions ont été prises pour le démarrage des travaux dès le 25 novembre" confirme Hervé Manet, en charge du pôle promotion chez Icade, présent à Nice pour l'occasion.

"C'est ahurissant, Estrosi balade les Niçois comme des grenouilles !" lance, en apprenant la nouvelle, Jacques Peyrat, joint par metronews. L'ancien maire de Nice savait que Jean-Claude Mari, son beau-frère, avait retiré son recours contre la vente par la ville des terrains à une entreprise privée pour un euro symbolique. Mais nullement pour laisser le champ libre au projet de Christian Estrosi : "Dès lors que le maire de Nice avait annoncé il y a quelques semaines qu'il abandonnait ce projet, notre recours ne se justifiait plus !"

Un nouveau recours ?

Le 27 octobre, lors d'une réunion publique à l'école Fuon-Cauda , Christian Estrosi avait en effet expliqué qu'il y avait urgence à lancer des travaux car "le permis de construire délivré le 9 septembre 2011 risquait de tomber le 6 décembre". Or, Icade se refusait à donner le moindre coup de pioche tant que le projet était sous la menace d'une annulation par le tribunal administratif en raison du recours de Jean-Claude Mari. Le maire avait donc annoncé un nouveau projet, a minima, mené directement par la ville.

Selon le nouveau calendrier, le parking souterrain et la halle devraient être livrés "au plus tard en février 2017" assure Christian Estrosi, et le cinéma ainsi que les logements et commerces en 2018. A moins qu'un nouveau recours n'intervienne...

"Aucune négociation"

Ce lundi à la mi-journée, Jacques Peyrat promettait "un nouveau recours contre la délibération du 24 novembre" pour à nouveau bloquer le projet : "nous avions acheté ces terrains 12 millions d'euros, il n'est pas acceptable de les céder au privé pour 1 euro !" persiste l'ancien maire.

Plus tempéré, Jean-Claude Mari dénonçait "une entourloupette" du maire de Nice, mais ne s'avançait pas sur le terrain juridique : "nous allons calmement réfléchir à l'opportunité de faire un nouveau recours". Interrogé sur d'éventuelles négociations entre l'ancien opposant et la municipalité, Christian Estrosi a assuré qu'il n'y avait eu strictement aucun contact.