Dans les coulisses de la tour de contrôle de la gare Lille-Flandres

Le service METRONEWS
Publié le 25 novembre 2014 à 18h29
 Dans les coulisses de la tour de contrôle de la gare Lille-Flandres
L'essentiel

TRANSPORT – La SNCF a présenté, ce mardi à des lycéennes, le poste d’aiguillage et de régulation (PAR) de la gare Lille-Flandres. Ce centre névralgique du réseau régional gère quotidiennement 150 TGV et 810 TER sur 300 km de voies.

Elles sont venues découvrir l'envers du décor de la gare Lille-Flandres . A l'occasion de la troisième édition des Girls Day, la SNCF a ouvert ses portes, ce mardi, à des lycéennes nordistes. Objectif : favoriser des vocations féminines dans une filière à l'écrasante majorité masculine (80% au niveau national).

Des jeunes filles du lycée Pasteur d'Etaples ont ainsi pu découvrir les intrigants écrans du poste d’aiguillage et de régulation (PAR) de la gare Lille-Flandres. C'est ici, dans ce centre névralgique du réseau régional que 150 TGV et 810 TER sont scrupuleusement scrutés, à partir du tunnel sous la Manche jusqu’à seize kilomètres de Paris.

500 trains par jour

Rien qu'à la gare Lille-Flandres, le poste d’aiguillage doit attribuer une voie à environ 500 trains par jour. Ici, le silence est de mise pour que les contrôleurs, les yeux rivés sur 5 écrans, s'assurent que tout se passe bien. "En cas d'incident, on reprend en manuel, indique aux jeunes filles un porte-parole de la SNCF. Les trains ne s'arrêtent pas pour éviter tout retard."

Les retards, cette hantise que les techniciens, présents 24 h/24, s'attachent à éviter au maximum. Mais les intempéries, les pannes, les chutes d'arbre ou les vols de cuivre sont difficilement prévisibles. Au total, ce sont entre 150 et 300 incidents quotidien qui sont identifiés au niveau régional. Mais grâce au travail assidu des techniciens, 95 % des trains arrivent à l'heure, selon la SNCF.

Avec 21 millions de voyageurs par an, Lille Flandres est la deuxième gare de province. Face à une augmentation du trafic, des travaux sur les voies et les aiguillages ont été bouclés en 2013. Le but : éviter les croisements de trains, améliorer leurs régularités et permettre une augmentation de la capacité de la gare. Jusqu’à 30 % de trains supplémentaires seront ainsi possiblement mis sur rail.