Des formations au massage cardiaque en gare de Marseille

Publié le 26 septembre 2014 à 17h16

SANTE – Que faire si l'on est témoin d'un infarctus ? La fondation Life – Priority prodigue jusqu’au 28 septembre des formations gratuites à l’ensemble des voyageurs des lignes reliant la France à Barcelone. En gare Saint-Charles, le public apprend à sauver une vie en quelques minutes.

Il n’est vraiment pas passé loin. En 2009, à 42 ans, Stéphane Huet a failli perdre la vie. En pleine nuit, son cœur s’est arrêté de battre. "J’étais à l’hôtel à Paris et, vers 5 heures du matin, je me suis senti mal. Je suis descendu dans le hall et j’ai fait un arrêt cardiaque. Le gardien de nuit m'a massé en attendant les secours", raconte ce miraculé.

A la suite de cet accident, est resté dans le coma pendant onze jours et en garde quelques légères séquelles. Mais il a pu reprendre une activité normale. Et s’il profite pleinement aujourd’hui de la vie, de sa famille et de ses deux grands enfants, c’est grâce à la réaction de l’employé de l’hôtel. "Ce gars était sauveteur secouriste du travail depuis un mois. Il s’était formé car son frère avait, quelque temps auparavant, été lui aussi victime d’un infarctus".

Car, oui, être formé à la réanimation cardio-pulmonaire peut sauver des vies. C’est pourquoi la fondation Life – Priority prodigue jusqu’au 28 septembre des formations gratuites à l’ensemble des voyageurs des lignes reliant la France à Barcelone. A Marseille, elles ont aussi lieu sur le parvis de la gare Saint-Charles.

40 000 arrêts cardiaques en France par an

Cela correspond à un véritable besoin de santé publique car, sur 40 000 arrêts cardiaques en France par an, on compte moins de 3 % de survivants sans séquelles neurologiques. L’intervention de témoins formés à la réanimation est capitale pour améliorer le pronostic vital alors que moins de 20 % de la population maîtrise les gestes qui sauvent.

"Nous proposons une première formation pratique de trente minutes, explique Le professeur Jean-Daniel Chiche, responsable de l’événement et réanimateur à l’hôpital Cochin. Les gens apprennent à reconnaître l’arrêt cardiaque, à prévenir correctement les secours par téléphone, à masser correctement et à ne pas avoir peur d’utiliser un défibrillateur".

Le second volet est constitué de trois tutoriels vidéos interactifs et pédagogiques permettant au participant de devenir la tête et les mains d’un témoin face à une victime d’un arrêt cardiaque. "On voit la différence, dans nos services de réanimation, quand une personne a été prise en charge rapidement par quelqu’un sachant faire un massage cardiaque", confie Jean-Daniel Chiche. Connaître ces techniques, c’est mettre toutes les chances de notre côté.
 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info