JUSTICE - Abdelmalik El Makrini a été condamné à passer deux années derrière les barreaux au Maroc. Cet été, le jeune homme de 18 ans qui vit près de Lille, avait été arrêté pour avoir accroché le drapeau du tawhid sur la façade de la maison familiale pendant ses vacances.

Le Maroc ne plaisante pas avec les risques de terrorisme. Abdelmalik El Makrini, un jeune homme de 18 ans vivant à Lambersart près de Lille, vient d’en faire l’expérience. Il a été condamné, jeudi, à deux ans de prison pour apologie de terrorisme. Cet été, à l’occasion des fiançailles d’une cousine, il avait hissé le drapeau de tawhid, qui prône l’unicité de l’Islam, sur le toit de la maison familiale dans le Nord du pays.

Il avait été immédiatement arrêté par la police marocaine dans le cadre de sa législation antiterroriste. Le drapeau du tawhid ressemble en effet à l’étendard des djihadistes de Daech et est parfois brandi par les membres de l’Etat Islamique. Placé en garde à vue pendant douze jours, Abdelmalik, qui ne parle pas l’arabe, avait fini par signer un procès-verbal non traduit dans lequel il reconnaissait faire l’apologie du terrorisme.

Son avocat va faire appel

Sa famille s’est immédiatement mobilisée en ouvrant notamment un groupe de soutien sur Facebook. Abdelmalik y est présenté comme un jeune homme tranquille ayant voulu partager sa fierté d’appartenir à la communauté musulmane dans l’euphorie d’une fête de famille. Le jeune homme avait également reçu la visite du consul général de France au Maroc en septembre.

Lors de son procès, jeudi à Rabat, Abdelmalik El Makrini a été condamné à deux ans de prison lors d’une audience où douze autres personnes étaient jugées, elles aussi, pour des affaires liées au terrorisme. Son avocat a immédiatement prévu de faire appel. Sur Facebook, la mobilisation de ses proches continue. "Scandaleux de faire de la prison pour un drapeau qu'il a également hissé en France pendant un jour de fête ... Comment aurait-il pu savoir la mauvaise interprétation au Maroc", peut-on notamment lire sur un post écrit après l’énoncé du verdict.
 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info