Disparition de Pascaline, femme panthère : "c'était une femme de fête"

Le service METRONEWS
Publié le 21 juin 2015 à 12h24
Disparition de Pascaline, femme panthère : "c'était une femme de fête"
L'essentiel

DISPARITION - Pascaline Benito, la maman du célèbre duo mère-fille des femmes panthères est décédé ce vendredi. Habitantes d'Armentières, près de Lille, et toujours habillées en tacheté, elles étaient devenues de véritable icônes populaires des nuits lilloises et du Festival de Cannes, qu'elles ont arpenté pendant 31 ans. Sa fille Esmeralda annonce vouloir poursuivre l'aventure en sa mémoire.

C'est une figure des nuits lilloises et cannoises qui s'en est allée. Pascaline Benito, la mère du célèbre duo des femmes panthères d'Armentières, près de Lille, est décédée, ce vendredi, d'un malaise cardiaque lié à un cancer. Passionnée de cinéma, elle aura arpenté la Croisette du festival de Cannes, pendant 31 ans, avec sa fille Esmeralda. Au fil des années, elles seront devenues les amies de stars américaines et de véritables icônes populaires . Le duo mère-fille était aussi invité en VIP à toutes les soirées mondaines et populaires lilloises, où le public aimait à se faire photographier en leur compagnie.

Née en Espagne, Pascaline a formulé très tôt le mystérieux vœu d'adopter à vie cette tenue tachetée, après des "événements terribles" survenus dans le village de ses parents, en Andalousie. On n'en saura pas plus. Tout comme son âge exact, "vingt ans et des cailloux", comme elle aimait à le répéter avec malice. Fille d'une marchande de glace d'Armentières, puis batteur dans un groupe de musique, cette femme atypique formait un couple inséparable avec Esmeralda, elle-même toujours vétue de panthère.

"Généreuse et pétillante"

Le duo fourmillait de projets. Des soirées contre le sida ou pour la défense des animaux en passant par la réalisation de courts-métrages ou de clips. "C'est comme une éclipse, j'avais un soleil qui est maintenant parti, confie Esmeralda à metronews, des sanglots dans la voix. C'était une femme de fête, généreuse, pétillante et dotée d'un fort caractère. Elle aimait passionnément la foule et les gens le lui rendaient bien. Dorénavant, elle continuera à chanter ses chansons depuis le ciel."

Fruit de nombreux fantasmes (agents du FBI, prostituées, trafiquantes de stupéfiants...), les femmes panthères s'étaient vues rendre un vibrant hommage, en 2014, à travers une exposition de 135 artistes entièrement dédiée à leurs personnage s. Aujourd'hui, Esmeralda, qui habitait avec sa mère à Armentières avec sept chats, compte bien poursuivre l'aventure. "Vis-à-vis d’elle, je dois continuer à sortir et à réaliser mes projets de cinéma, glisse-t-elle. Je veux aussi qu'il y ait beaucoup de monde pour ses funérailles." Celles-ci se dérouleront, ce vendredi à 14 h 30, à l’église Saint-Vaast d'Armentières. En attendant, Pascaline repose au salon funéraire de la commune.

A LIRE AUSSI >>  135 artistes rendent hommage aux Femmes panthères